Prix à la con 2015

Voici venu le temps de la septième édition des prix littéraires les plus inutiles et insignifiants : les prix à la Con.

Rappelons que ce ne sont pas les œuvres qui sont « connes », ce sont ces prix.
Ce prix n’apporte rien, que dalle, nib aux lauréats, même pas le droit de se faire payer le resto. (Quoi que…)

Pour l’édition 2015 des Prix à la Con, le règlement est le suivant :
Les œuvres nominées pour ce prix doivent :
–    avoir été lues par le jury en 2014.

Chose incroyable, le jury ayant pensé à noter tous les ouvrages lus durant cette période, nous pouvons donc dire qu’il y a environ 66 ouvrages rentrants dans cette catégorie. (Oui, moins qu’en 2013… Faut que les membres du Jury arrêtent de bosser pour lire plus…) Liste disponible sur demande.

La composition du jury est secrète. Les modalités de sélection pour la shortlist sont secrètes.
Les votes sont secrets et doivent avoir été effectués en écoutant Teruhisa FUKUDA jouer de la flûte japonaise.

Un certain nombre de catégories sont toujours absentes faute de livres lus dans ces catégories.

Les catégories, les nominés et les lauréats (en italique – et tous désignés à l’unanimité, chose incroyable) sont :

Meilleur roman / recueil de nouvelles / nouvelle de Science-Fiction en langue française :
Dominium Mundi  2 de François Baranger (Critic)
Le sang des sept rois de Régis Goddyn, tomes 1 à 3 (L’Atalante) – On nous a dit que ce n’était pas de la Fantasy :p )

Meilleur roman d’Uchronie étranger lu en français : – Prix Larry Correia –
Foudre de Guerre de Larry Correia (L’Atalante)
Les quinze premières vies d’Harry August de Claire North

Meilleur roman de Fantasy étanger lu en VO   :
Songs of the Earth d’Elspeth Cooper
Trinity Rising d’Elspeth Cooper
The Raven’s Shadow d’Elspeth Cooper

Une excellent série, qui ne se limitera pas juste à ces trois tomes.

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en VO :
Lock In de John Scalzi
All you need is kill d’Hiroshi Sakurazaka
Theirs not to reason why, tomes 4 et 5 de Jean Johnson

Plein de SF VO dans la liste cette année encore. Et Scalzi retrouve la première place.

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’Lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en VO – a.k.a Prix Dresden Files – :
Skin Game de Jim Butcher
Property of a Lady Faire de Simon R. Green

Pas besoin d’explication.

Meilleur roman de Scifi’lit étranger lu en VO : (Alors c’est comme la même chose que la  bit’lit, mais dans un contexte SF)
Alien Collective de Gini Koch
Alien Research de Gini Koch
Universal Alien de Gini Koch

C’est toujours purement du fun. Le prochain tome est déjà précommandé.

Prix de la meilleure Uchronie étrangère lue en VO :
The first fifteen lives of Harry August de Claire North
Bitter Seeds de Ian Tregillis

Le vainqueur est juste exceptionnel. (Même qu’il aurait aussi du gagner le Meilleur roman d’Uchronie étranger lu en français, mais franchement Correia vaut aussi largement le détour.)

 

Prix à la con 2014

Voici venu le temps de la sixième édition des prix littéraires les plus inutiles et insignifiants : les prix à la Con.

Rappelons que ce ne sont pas les œuvres qui sont « connes », ce sont ces prix.
Ce prix n’apporte rien, que dalle, nib aux lauréats, même pas le droit de se faire payer le resto. (Quoi que…)

Pour l’édition 2014 des Prix à la Con, le règlement est le suivant :
Les œuvres nominées pour ce prix doivent :
–    avoir été lues par le jury en 2013.

Chose incroyable, le jury ayant pensé à noter tous les ouvrages lus durant cette période, nous pouvons donc dire qu’il y a environ 82 ouvrages rentrants dans cette catégorie. Liste disponible sur demande.

La composition du jury est secrète. Les modalités de sélection pour la shortlist sont secrètes.
Les votes sont secrets et doivent avoir été effectués en écoutant le Total Balalaika Show (1994) des Leningrad Cowboys et des Choeurs de l’Armée Rouge.

Cette année, un certain nombre de catégories disparaissent faute de livres lus dans ces catégories, ou d’ouvrages bien trop médiocres pour ne serait-ce que mériter une nomination. (Un vrai désastre en Fantasy française…)

Les catégories, les nominés et les lauréats (en italique – et tous désignés à l’unanimité, chose incroyable) sont :

Meilleur roman / recueil de nouvelles / nouvelle de Science-Fiction en langue française :
Dominium Mundi  de François Baranger (Critic)
Les damnés de l’asphalte de Laurent Whale (Rivière Blanche)
Point Zero de Antoine Tracqui (Critic)
Des nouvelles de Ta-Shima d’Adriana Lorusso (Ad Astra)

Plein de SF francophone cette année, un très bon cru, et toujours, encore, principalement chez les petits éditeurs. Et on récompense un petit nouveau parce que c’est bien et qu’on veut la suite.

Meilleur roman d’Uchronie étranger lu en français : (Prix Larry Correia va falloir l’appeler car il n’y a pas d’autres concurrents dans ce genre)

Malédiction de Larry Correia (L’Atalante)

 Meilleur roman de Fantasy étanger lu en VO   :
The Daylight War de Peter V.Brett
The Republic of Thieves de Scott Lynch

La suite d’une excellente série.

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en VO :
Theirs not to reason why de Jean Johnson (trois tomes pour le moment)
The Human Division de John Scalzi

Plein de SF VO dans la liste cette année encore. Et pour une fois, Scalzi ne gagne pas.

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’Lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en VO – a.k.a Prix Dresden Files – :
La série Secret History de Simon R. Green

Zut, pas de Butcher cette année… Mais vu que la série Secret History a été remarquée et dévorée intégralement cette année, et que c’est plus ou moins inclassable, on en profite pour la récompensée ici.

Meilleur roman de Scifi’lit étranger lu en VO : (Alors c’est comme la même chose que la  bit’lit, mais dans un contexte SF)
La série Alien de Gini Koch

C’est juste purement du fun. Et le prochain prix dans cette catégorie devrait avoir le même vainqueur. Un nouveau tome paru en Décembre est en cours de lecture et le prochain est prévu pour Mai.

Tapons sur de la Fantasy française

Profitons un peu des vacances pour « critiquer » un peu les deux livres de Fantasy écrits par  des auteurs français que j’ai lu pour le moment cette année.
Je lis de moins en moins en VF, surtout en Fantasy, et ces deux auteurs me rappellent pourquoi.

Le premier de ces livres est Le Chevalier de Pierre Pevel, sorti fin Mai aux éditions Bragelonne, premier tome d’une série appelée Haut Royaume. Ayant apprécié deux trilogies précédentes de l’auteur, Wieldstadt et Les Lames du Cardinal, même si pour moi ces deux séries manquent d’une réelle fin, je pensais pouvoir prétendre à apprécier ce nouvel ouvrage. Et ce malgré le marketing déplorable de plus en plus habituel chez Bragelonne, et le passage en Grand Format Hardcover de ce qui devait être au départ une série au format feuilleton.
Que dire si ce n’est que ce livre a été une grosse déception. D’abord, parce qu’il est d’un classicisme écœurant. Ce type de Fantasy, ce type d’histoire, c’est vu et revu depuis des années. Les anglo-saxons en ont sorti des tonnes et des tonnes… Les personnages sont peu intéressants. Le héros, avec un côté sombre ridicule, est sans âme, mal développé, et la révélation d’un « secret » à son propos à la fin ne fait même pas hausser un sourcil. Ceci s’explique sans doute par le sort subit par le héros à la fin. Et ce problème de développement du personnage lié à son destin, je l’ai déjà vu dans le premier tome de Farlander de Col Buchanan. Les personnages secondaires sont facilement oubliés et oubliables, et certains qui auraient pu être utilisés pour donner de la profondeur à l’intrigue et à l’histoire ne servent qu’une ou deux fois et finissent à la poubelle.
L’Univers du roman est mal fagoté. C’est un gros problème pour moi. L’Univers joue une grosse part, et là,  tout n’est que vaguement esquissé, rien ne vient vous titiller, rien ne vient vous faire dire « tiens, ça c’est intéressant, ça mériterait d’être approfondi ». Rien ne vient apporter un vrai fond, donner du corps à cette histoire. C’est dans les petits détails que l’on fait les grands romans. C’est ce qui fait la différence entre un univers vide et qui ne sert que pour les scènes où apparaissent les personnages et un univers qui vit, où l’on peut imaginer qu’il se passe des choses en dehors de l’histoire.
J’avoue mettre fait chier pendant une bonne partie du roman, notamment pendant une traque interminable dans des montages. J’ai à peine pouffé une fois devant les actions d’un des personnages.
Bref, pour moi, c’est un ouvrage raté, au mieux médiocre, survendu par un éditeur qui se repose sur les lauriers des prix précédents gagnés par l’auteur.
J’ai acheté le tome 1, je n’achèterais pas les suivants, c’est clair.

Le deuxième, c’est Mordred de Justine Niogret, sorti au mois d’Aout aux éditions Mnémos. Le problème est ici tout autre.
L’ouvrage est ici à la fois trop court et trop long. Trop court car l’histoire est trop succincte dans son traitement pour remplir un roman classique. Bien trop de choses ne sont qu’esquissées. Au mieux, une novella suffirait. Trop long, car si la langue est belle, elle est fortement alourdie par de trop nombreuses métaphores. La lecture en devient un vrai clavaire.
Ici encore, je pense que l’éditeur est une part du problème et n’a pas su, ou n’a pas voulu, contenir et diriger l’auteur, se reposant encore une fois sur les prix précédemment décernés.

Paradoxalement, je trouve bien plus de matière dans le court roman de Justine Niogret que dans celui de Pierre Pevel. Parce que l’on voit qu’il y a de la vie en dehors de l’histoire.
Si je devais recommander l’achat d’une des deux, ce serait Mordred, mais attention, uniquement si vous n’avez pas mieux à faire.

Et ne me dites pas que je n’aime pas la Fantasy. Je sors tout juste d’une série de huit livres de Fantasy, que j’ai dévoré juste parce que l’auteur sait monter un univers vivant et intéressant et sait faire des personnages.

Prix à la con 2013

Voici venu le temps de la cinquième édition des prix littéraires les plus inutiles et insignifiants : les prix à la Con.

Rappelons que ce ne sont pas les œuvres qui sont « connes », ce sont ces prix.
Ce prix n’apporte rien, que dalle, nib aux lauréats, même pas le droit de se faire payer le resto. (Quoi que…)

Pour l’édition 2013 des Prix à la Con, le règlement est le suivant :
Les œuvres nominées pour ce prix doivent :
–    avoir été lues par le jury en 2012.
Chose incroyable, le jury ayant pensé à noter tous les ouvrages lus durant cette période, nous pouvons donc dire qu’il y a environ 74 ouvrages rentrants dans cette catégorie. Liste disponible sur demande.

La composition du jury est secrète. Les modalités de sélection pour la shortlist sont secrètes.
Les votes sont secrets et doivent avoir été effectués en écoutant les Choeurs de l’Armée Rouge. – Et plus particulièrement Carmina Burana avec Vincent Niclo –

Les catégories, les nominés et les lauréats (en italique – et tous désignés à l’unanimité, chose incroyable) sont :

Meilleur roman de Fantasy en langue française :
Heu… Comment dire… Aucun ouvrage n’entre dans cette catégorie cette année…

Meilleur roman / recueil de nouvelles / nouvelle de Science-Fiction en langue française :
Sleeping Beauty d’Anne Fakhouri dans l’anthologie Destination Univers (Griffe d’Encre)
Quand il ne reste que l’honneur de P.-J. Herault (Rivière Blanche)
Le Projet Bleiberg de David S. Khara (Critic)
Les étoiles s’en balancent de Laurent Whale (Rivière Blanche)

Une nouvelle qui gagne face à trois romans. Oui. Parce qu’à la fin de cette nouvelle, tout ce que voulait, c’était lire une suite.
En tout cas, il y avait plein de candidats cette année grâce à l’excellent travail que font les petites maisons d’édition.

Meilleur roman de Fantasy étranger lu en français :
L’ombre du conquérant d’Ari Marmell (Bragelonne)

On pourrait croire que Ari Marmell gagne par défaut, car à part ce livre et sa suite, et du Feist, c’est la seule fantasy VF lue cette année. Mais il ya vraiment quelque chose dans ce livre.

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en français :
Intrépride de Jack Campbell (L’Atalante)

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en français :
Un seul livre lu qui ne mérite pas une nomination, donc aucun vainqueur cette année.

Meilleur roman d’Uchonie étranger lu en français :
Magie brute de Larry Correia (L’Atalante)

Meilleur roman de Fantasy étanger lu en VO   :
The Wise Man’s Fear de Patrick Rothfuss

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en VO :
Captain Vorpatril’s Alliance de Loïs McMaster Bujold
Redshirts de John Scalzi
End of the World blue de Jon Courtnay Grimwood

Plein de SF VO dans la liste cette année encore.

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’Lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en VO – a.k.a Prix Dresden Files – :
Cold Days de Jim Butcher

Comme prévu. Avec un peu de chance, le prix 2014 sera décerné au quinzième tome des Dresden Files. Si jamais il sort à temps. Et si Jim Butcher se reprend. La série par un peu en n’importe quoi.

Prix du tome 3 d’une intégrale prévu en Août 2012 mais tout compte fait reporté on ne sait pas pourquoi et avec de la chance on l’aura peut être en 2013 mais bon maintenant on ne fait plus confiance à cet éditeur pour sortir la totalité d’une série ou d’une intégrale : 
Cal de Ter – L’intégrale – Tome 3 de P.-J. Herault (Milady)

Tiens, la SF n’est pas morte dans ma PAL

Je me faisais un petit point dernièrement en matière de livres lus cette année et j’ai été obligé de faire un constat “bizarre”.

1- Désormais, je lis à 80% en VO.
2- La plupart des ouvrages en VF sont des livres écrits par des auteurs français.
3- En VF, ce sont désormais les “petites” maisons d’éditions qui sortent les livres qui m’intéressent le plus.
4- Retour en force de la SF

Sur le point 1, il y a plusieurs facteurs pouvant l’expliquer.
Premièrement, et principalement, j’en ai eu marre d’attendre la sortie de la suite de certaines séries commencées en VF et dont les éditeurs français sont, soit incapables de communiquer correctement sur le devenir de la série en question – je prendrais pour exemple la série des Femmes de l’Autremonde, de Kelley Armstrong, dont j’ai découvert, plus par hasard qu’autre chose, que l’éditeur français sortait la suite. Oui, mais sans communication valable, j’avais craqué et acheté le reste de la série en VO. –, soit des séries abandonnées par les éditeurs français. – Dresden Files, Rachel Morgan, Kate Daniels par exemple. –
Ensuite, parce que j’ai envie de lire des auteurs que j’ai découvert en VF, mais dont les autres titres ne seront jamais traduits. Exemple : John Courtney Grimwood, Jack Campbell.
Ou parce que je n’ai pas envie de payer 70€ pour un bouquin divisé arbitrairement en deux tomes, sortant à plusieurs mois d’écart, alors que je pourrais l’avoir à 7€ et en un seul tome.
Ou encore parce que ce sont des auteurs que j’ai découvert en VO, sans l’intermédiaire d’un éditeur français : Kelly Meding, William C. Dietz, Ian Douglas, Steven L. Kent, Kelly Gay, …
Bref, de bonnes comme de mauvaises raisons. Mais désormais, c’est la VO qui prime.

Point 2 :
Sur les 18 bouquins VF lus pour le moment cette année :
– 6 ont été écrits par des auteurs anglophones, mais lus “pour boulot”;
– 2 ont été écrits par des auteurs anglophones, mais lu pour le plaisir;
– 10 ont été écrits par des auteurs francophones et ont été lus pour le plaisir.
Je crois que les stats sont parlantes. Si j’ai commencé la série en VF, que la série me plaît, et que l’éditeur fait son boulot, je continue la série en VF. Mais là… C’est de plus en plus rare. La série La flotte Perdue et sa suite de Jack Campbell est l’une des deux. La deuxième, c’est un début de série de Larry Correia.
Pour les auteurs français, ce sont principalement des auteurs dont je connais le talent depuis des années et qui écrivent des chose qui m’intéressent.
En passant, Si Bragelonne / Milady pouvait se sortir les phalanges de l’arrière-train et enfin sortir le tome 3 de l’intégrale de Cal de Ter de P.J. Hérault, ça serait bien. – Oui, là, je suis un brin énervé sur le report sine die et sans raison du tome 3.

Point 3 :
Ben, les grands éditeurs ne publiant que très peu d’auteurs francophones, et vu que mes lectures VF sont désormais principalement des livres par des auteurs francophones, CQFD.

Point 4 :
Ben oui, vu que je lis en VO, l’offre en matière de SF s’aggrandie largement.

 


Prix à la con 2012

Voici venu le temps de la quatrième édition des prix littéraires les plus inutiles et insignifiants : les prix à la Con.

Rappelons que ce ne sont pas les œuvres qui sont « connes », ce sont ces prix.
Ce prix n’apporte rien, que dalle, nib aux lauréats, même pas le droit de se faire payer le resto. (Quoi que…)

Pour l’édition 2012 des Prix à la Con, le règlement est le suivant :
Les œuvres nominées pour ce prix doivent :
–    avoir été lues par le jury en 2011.
Chose incroyable, le jury ayant pensé à noter tous les ouvrages lus durant cette période, nous pouvons donc dire qu’il y a entre 76 et 81 ouvrages rentrants dans cette catégorie. Liste disponible sur demande.

La composition du jury est secrète. Les modalités de sélection pour la shortlist sont secrètes.
Les votes sont secrets et doivent avoir été effectués en écoutant les Choeurs de l’Armée Rouge. – Et plus exactement Kalinka avec comme soliste Evgueni Poliaev –

Les catégories, les nominés et les lauréats (en italique – et tous désignés à l’unanimité, chose incroyable) sont :

Grand Prix Spécial toutes catégories confondues parce que de toutes façons on ne sait pas dans laquelle le mettre et puis depuis le temps que l’on attendait ce livre qui est un vrai chef d’oeuvre :
Rêves de gloire de Roland C. Wagner (L’Atalante)

Si l’on excepte l’hérésie absolue qui est l’un des points de départ de l’histoire – On ne tue pas le Général ! Le Général est éternel ! Vive le Général ! Vive De Gaulle ! Vive la France ! – , il n’y a quasiment aucun défaut dans cet ouvrage.

Meilleur roman de Fantasy en langue française :
Mordre le bouclier de Justine Niogret (Mnémos) 

Le jury a beau eu chercher, point d’autres ouvrages de Fnatasy écrits par un(e) français(e) dans la liste. Quant bien même, Justine aurait gagné sans difficulté avec encore une fois un ouvrage exceptionnel.

Meilleur roman / recueil de nouvelles / nouvelle de Science-Fiction en langue française :
Harmoniques célestes de Jean-Claude Dunyach (L’Atalante)

Nul besoin de précisions.

Meilleur roman de Fantasy étranger lu en français :
Les chants de la Terre d’Elspeth Cooper (Bragelonne)
Nuits au fer rouge de Glen Cook (L’Atalante)
La maitresse de l’hiver de Gilles Carwyn et Todd Fahnestock (Bragelonne)

Elspeth Cooper nous fournit ici le coup de coeur Fantasy de l’année.

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en français :
Nano de Peter F. Hamilton (Milady)

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en français :
Et pour quelques démons de plus de Kim Harrison (Milady ou Bragelonne ou Milady ou… on s’y retrouve plus…)
Le grimoire d’argent de Patricia Briggs (Milady)

Meilleur roman de Fantasy étanger lu en VO – a.k.a. Prix Kushiel –  :
Naamah’s Blessing de Jacqueline Carey

Le prix porte bien son nom. Mais l’année prochaine, il risque de changer.

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en VO :
Fuzzy Nation de John Scalzi
View from the Imperium de Jody Lynn Nye

Plein de SF VO cette année dans la liste, avec des nouveaux auteurs. Mais Scalz reste le meilleur. – Même si il s’agit d’une réécriture. –

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’Lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en VO – a.k.a Prix Dresden Files – :
Ghost Story (Dresden Files 13) de Jim Butcher

Comme prévu. Avec un peu de chance, le prix 2013 sera décerné à Cold Days (Dresden Files 14) de Jim Butcher.

Meilleure novella de SF&F&F en langue française :
Novae d’Elisabeth Ebory (Griffe d’encre)
Eros ou Thanatos de Loïc Henry (Griffe d’encre)
Urbik / Orbik de Lorris Murail (Griffe d’encre)

Prix 2011 décerné en 2009 pour une BD qui devait sortir en 2010 mais qui est en fait sortie en 2011 donc tout compte fait ça sera un prix 2012 :
Les enfants d’Evernight de Andoryss et Yang 

Prix du pire ouvrage :
Les magiciens de Lev Grossman (L’Atalante)

Mauvaise traduction, ouvrage pourri de base… Qui aurait du être battu par un ouvrage de Col Buchanan, mais les tomes 1 et 2 ne sont malheureusement pas éligibles aux prix 2011.

La PAL de la mort qui tue

Et qui doit être capable d’atteindre deux fois mon plafond…
(PAL = Pile A Lire)

Les nouveaux dans la PAL sont plus nombreux que ceux qui partent. L’ordre de lecture est complètement aléatoire, en fonction des envies du moment, de l’humeur, des rencontres avec les auteurs, etc… Être dans la PAL depuis des années ne signifie rien, c’ets juste que c’est pas le bon moment pour moi pour lire le livre.

Actuellement, il y a 339 livres dans la PAL. Et une bonne dizaine en commande ou pré-commande. (Par ordre alphabétique des auteurs)

(Et puis après la PAL, y a les Encours.)

PAL :

 

Anderson, Kevin J. Une Foret d’etoiles
Andrews, Ilona Magic Bleeds
Anthologie La Guerre
Anthologie Contes & légendes revisités
Anthologie Super-Héros
Anthologie L’empreinte sanglante…
Anthologie Conquètes & explorations infernales
Anthologie Nouveau space opéra
Anthologie Magie Et Sorcellerie
Anthologie Science-fiction 2006
Anthologie Faux rêveur
Anthologie (Pro) créations
Anthologie Fantasy
Anthologie The Writers Complete Fantasy Reference
Anthologie Fantasy 2006
Anthologie Fantasy 2007
Anthologie Science-fiction 2007
Anthologie Les bourreaux
Anthologie La tour
Arthur, Keri Tenter le diable
Ash, Sarah La Traque de l’ombre
Aubenque, Alexis Le réveil des Titans
Barclay, James NoirZénith
Barclay, James OmbreMage
Barclay, James OrageDémon
Barclay, James CendreCoeur
Barclay, James SylveLarme
Barker, Clive Hellraiser
Beauverger, Stéphane Le Déchronologue
Bell, Hilari L’Epée
Bell, Hilari La Flamme
Berg, Carol L’Insoumis
Bishop, Anne Reine des Ténèbres
Bishop, Anne Héritière des Ombres
Bishop, Anne Fille du sang
Black, Campbell Indiana Jones La Trilogie
Black, Jenna Faute avouée
Black, Jenna Péchés capitaux
Bordage, Pierre Ceux qui rêvent
Bordage, Pierre Ceux qui sauront
Bordage, Pierre Frère Kalkin
Bordage, Pierre Soeur Onden
Bordage, Pierre Les Chemins De Damas
Bordage, Pierre L’ange de l’abîme
Bordage, Pierre Porteurs d’âmes
Bordage, Pierre Cycle De Saphyr
Bordage, Pierre Les Fables De L’Humpur
Briggs, Patricia Aile de corbeau
Briggs, Patricia Serre de Corbeau
Briggs, Patricia Les Chaînes du dragon
Briggs, Patricia Le Sang du Dragon
Britain, Kristen La Première Cavalière
Britain, Kristen Le Tombeau Du Roi Suprême
Buettner, Robert Overkill
Buettner, Robert Orphan’s Alliance
Buettner, Robert Orphan’s Journey
Buettner, Robert Orphan’s Triumph
Buettner, Robert Undercurrents
Bunch, Chris La Dernière bataille
Bunch, Chris L’Ordre du dragon
Bunch, Chris Les Ailes de l’orage
Bussy, Alain Le Ultima
Bussy, Alain Le Jouvence
Bussy, Alain Le Piège vital
Camille, Marie-Lé Les voyageurs
Canavan, Trudi La  Prêtresse blanche
Canavan, Trudi La Sorcière indomptee
Canavan, Trudi La Voix des dieux
Canavan, Trudi L’Apprenti du magicien
Card, Orson Scott Comment écrire De La Fantasy Et De La SF
Carey, Jacqueline Naamah’s Blessing
Carey, Mike Vicious Circle
Carey, Mike The Devil You Know
Carey, Mike The Naming of the Beasts
Carey, Mike Thicker Than Water
Carey, Mike Dead Men’s Boots
Chester, Deborah La Guerre des ombres
Clark, Simon Vampyrrhic
Clemens, James L’étoile de la Sor’Cière
Coney, Michael Le Crépuscule des mondes
Cook, Dawn Vérité Perdue
Cook, Dawn Vérité oubliée
Cook, Glen Seigneur du royaume silencieux
Cooper, Louise La Vengeresse
Cooper, Louise L’Imposteur
Cooper, Louise L’Usurpatrice
Czerneda, Julie Ties of Power
Dau, Nathalie Les terres qui rêvent
Davoust, Lionel La Volonté du dragon
Debats, Jeanne-A La ballade de Trash
Delany, Samuel Ray Chants de l’espace
Dietz, William H. Final Battle
Dietz, William H. Legion of the damned
Donaldson, Stephen-R La retraite maudite
Drake, David La Servante du dragon
Drake, David La Reine des démons
Duncan, Dave Le Destin de l’épée
Dunyach, Jean-Claude La Station de l’Agnelle
Dunyach, Jean-Claude Le Temps, en s’évaporant
Dunyach, Jean-Claude Les Nageurs de sable
Dunyach, Jean-Claude Dix jours sans voir la mer
Ebory, Élisabeth A l’orée sombre
Ebory, Elisabeth Novae
Erikson, Steven Midnight Tides
Erikson, Steven The Bonehunters
Erikson, Steven House of Chains
Erikson, Steven Memories of Ice
Erikson, Steven Reaper’s gale
Eschbach, Andreas Le Dernier de son espèce
Eschbach, Andreas En panne sèche
Fakhouri, Anne Narcogenèse
Fazi, Mélanie Serpentine
Fazi, Mélanie Trois pépins du fruit des morts
Fazi, Mélanie Notre-Dame-aux-écailles
Feist, Raymond-E La Légion De La Terreur
Feist, Raymond-E Faërie
Flint, Eric 1635 : The Cannon Law
Flint, Eric 1634 : The Ram Rebellion
Flint, Eric 1634: The Galileo Affair
Flint, Eric Course Of Empire, The
Flint, Eric 1634 : The Bavarian Crisis
Forstchen, William R. Riposte
Foster, Alan Dean Terminator renaissance
Foster, Alan Dean Star trek
Friedman, C. S. Wilding
Friedman, Celia S. Les ailes de la colère
Gaiman, Neil Tous malades !
Galenorn, Yasmine Demon Mistress
Galenorn, Yasmine Night Huntress
Galenorn, Yasmine Dragon Wytch
Galenorn, Yasmine Darkling
Galenorn, Yasmine Changeling
Gee, Emily La Voleuse sans ombre
Geha, Thomas Le Sabre de sang 2
Gemmell, David Les épées Du Jour Et De La Nuit
Gemmell, David Pierre De Sang
Gemmell, David La Chute des rois
Gemmell, David Le bouclier du tonnerre
Gemmell, David Le Seigneur De L’arc D’argent
Gollut, Sébastien 36 marches jusqu’en enfer
Green, Simon The Unnatural Inquirer
Green, Simon Hell to pay
Green, Simon Sharper Than A Serpent’s Tooth
Green, Simon Paths not taken
Green, Simon Just another judgement day
Green, Simon R. L’Homme au torque d’or
Green, Simon R. Les Démons sont éternels
Grimwood, Jon Courtenay Effendi
Grimwood, Jon Courtenay Felaheen
Grimwood, Jon Courtenay Pashazade
Grimwood, Jon Courtenay 9Tail Fox
Grimwood, Jon Courtenay End Of The World Blues
Grimwood, Jon Courtenay Stamping butterflies
Gudule La Nuit des porcs vivants
Gudule Crimes et chatouillements
Hamilton, Laurell K. Plaisirs coupables
Hamilton, Laurell K. Le Cirque des damnés
Hamilton, Laurell K. Le Cadavre rieur
Hamilton, Laurell K. Lunatic Café
Hamilton, Laurell K. Le Squelette Sanglant
Hamilton, Laurell K. Mortelle séduction
Hamilton, Laurell K. Offrande brûlée
Hamilton, Laurell K. Lune Bleue
Hamilton, Laurell K. Papillon D’obsidienne
Hamilton, Laurell K. Narcisse enchaîné
Hamilton, Laurell K. Péchés céruléens
Hamilton, Laurell K. Rêves d’incube
Hamilton, Peter The Dreaming Void
Hamilton, Peter Vide temporel
Hanover, M. L. N. Darker Angels
Harris, Charlaine Quand Le Danger Rôde
Harris, Charlaine Disparition à Dallas
Heaney, William Mémoires d’un maître faussaire
Heitz, Markus Le Secret De L’eau Noire
Heitz, Markus Lame de Feu
Heliot, Johan La harpe des étoiles
Hennen, Bernhard La Chasse Des Elfes
Hennen, Bernhard Etoiles d’Albes
Henry, Loïc Loar
Herbert, James Les Rats
Holt, Tom Le Hollandais volant
Howard, Robert Ervin Solomon Kane
Howard, Robert Ervin L’heure Du Dragon
Howard, Robert Ervin Conan
Howard, Robert Ervin Les Clous rouges
Hunter, Faith Skinwalker
Hunter, Faith Blood Cross
Jones, J. V. A Fortress of Grey Ice
Jones, Terry Erik le Viking
Jordan, Robert S. A Crown of Swords
Jordan, Robert S. The Path of Daggers
Joyce, Graham Les Limites de l’enchantement
Joyce, Graham Requiem
Ketchum, Jack Une Fille comme les autres
King, Stephen Harris Morley Song of Susannah
King, Stephen Harris Morley The Dark Tower
Knight, E-E Dragon Banni
Knight, E-E Dragon
Knight, E-E La vengeance du dragon
Kopp, Gabriel Eugène La Dernière nécropole
Kratman, Tom The Lotus Eaters
Kratman, Tom A Desert Called Peace
Kratman, Tom The Amazon Legion
Kratman, Tom Carnifex
Lang, John Le Bouclier Obscur
Laymon, Richard Le Jeu
Lehman, Serge Le Livre des ombres
Leiber, Fritz Epées et brumes
Leiber, Fritz Epées et sorciers
Leiber, Fritz Epées et mort
Lenn, Jonas Le Livre des théophanies
Lesage, Marianne Estampes Sur Eaux Troubles
Loevenbruck, Henri Les Enfants De La Veuve
Lofficier, Jean-Marc Martervenux
Lorenjy, Don Blagu’à parts
Lovegrove, James Gig
Lumley, Brian Les Origines
Lumley, Brian Wamphyri !
MacGregor, Rob Indiana Jones et la danse des géants
MacGregor, Rob Indiana Jones et le péril à Delphes
MacGregor, Rob Indiana Jones et l’arche de Noé
MacGregor, Rob Indiana Jones et les sept voiles
Malagoli, Alexandre L’Heure du dragon
Marcastel, Jean-Luc Frankia 3
Marcastel, Jean-Luc Frankia 2
Marshall, Michael L’Homme qui dessinait des chats
Martin, Gail Z. L’Invocateur
Martin, Gail Z. Le Roi de sang
Martin, George R. R. Le Chasseur et son ombre
Martinez, Rodolfo La sagesse des morts
Masterton, Graham Le Diable en gris
Mcallister, Laurent Suprématie
McCammon, Robert R. La Malédiction de bethany
McCarthy, Cormac La route
McIntosh, Fionna L’Exil
McMaster Bujold, Lois Horizon
McMaster Bujold, Lois Héritage
McMaster Bujold, Lois Passage
McMaster Bujold, Lois Ensorcellement
Mead, Richelle Reine des ronces
Mead, Richelle Fille de l’Orage
Mead, Richelle Succubus Shadows
Miller, Sylvie Noir Duo
Modesitt, L. E. Flash
Monette, Sarah The Virtu
Monette, Sarah Melusine
Moning, Karen Marie Fièvre noire
Moon, Elizabeth Marque and Reprisal
Moon, Elizabeth Command Decision
Moon, Elizabeth Victory Conditions
Moon, Elizabeth Engaging the Enemy
Nagata, Linda Aux marges de la vision
Nicholls, Stan L’Armée des ombres
Nicholls, Stan Les Chroniques De Nightshade
Nicholls, Stan Armes de destruction magique
Nicot, Stéphanie Rois et capitaines
Nixon, Audrey Jennifer’s body
Noirez, Jérôme Le diapason Des Maux Et Des Misères
Nye, Jody Lynn View from the Imperium
Parker, K. J. La Forge des épreuves
Pelot, Pierre Orages mécaniques
Pettersson, Vicky The Scent of Shadows
Pevel, Pierre Les Enchantements D’Ambremer
Phoenix, Adrian A Rush of Wings
Phoenix, Adrian In the Blood
Phoenix, Adrian Beneath the Skin
Piers, Anthony La Tapisserie Des Gobelins
Piers, Anthony Un Golem Dans Le Potage
Piers, Anthony Cavale dans la nuit
Piers, Anthony L’aile Du Centaure
Piers, Anthony Amours, délices et ogres
Piers, Anthony Château-Boogna
Piers, Anthony Lunes Pour Caméléons
Piers, Anthony La Source De Magie
Pratchett, Terry Making Money
Rardin, Jennifer Mord à crédit
Rawn, Melanie Prince Dragon
Rawn, Melanie Le Secret des etoiles
Robertson, Linda R. Hallowed Circle
Robertson, Linda R. Vicious Circle
Rollins, James Indiana jones et royaume indiana jones
Ruaud, André-Francois Les sentiers de la Faërie
Rucker, Rudy Maître de l’espace et du temps
Rusch, Kristine-Kathryn Extrêmes
Saintcrow, Lilith Saint City Sinners
Saintcrow, Lilith The DEVIL’S RIGHT HAND
Saintcrow, Lilith To Hell and Back
Salvi, Nathalie En quête
Salvi, Nathalie Sortie de route
Sapkowski, Andrzej Le Baptême du feu
Sapkowski, Andrzej La Tour de l’hirondelle
Sawyer, Robert J. Flashforward
Scalzi, John B. Agent to the stars
Scalzi, John B. The God Engines
Scalzi, John B. Fuzzy Nation
Senécal, Patrick Sur le seuil
Shepard, Lucius La Vie en Temps de Guerre
Simmons, Dan Terreur
Simpson, M. J. Douglas Adams
Singh, Nalini Archangel’s Kiss
Singh, Nalini Angels’ Blood
Stackpole, Michael A. Cartomancy
Stackpole, Michael A. The new world
Stross, Charles The Jennifer Morgue
Stross, Charles The Atrocity Archives
Suzanne, Guillaume Les Poubelles Pleurent Toujours
Suzanne, Guillaume & Zariel Le Guide de la Poubelle Galactique
Swainston, Steph Above the Snowline
Swainston, Steph The Castle
Swann, S.A. La Louve et la croix
Tanner, Rachel Le reve du Mammouth
Turtledove, Harry Into the darkness
Turtledove, Harry Darkness descending
Turtledove, Harry Through the Darkness
Turtledove, Harry Rulers of the Darkness
Turtledove, Harry Jaws of Darkness
Verlanger, Julia Les Parias De L’impossible
Wagner, Roland C. Poupée Aux Yeux Morts
Wagner, Roland-C Le serpent d’angoisse
Ward, Philippe La Fontaine de Jouvence
Watt-Evans, Lawrence Le Venin du dragon
Watt-Evans, Lawrence La Société du Dragon
Watt-Evans, Lawrence Un Temps de dragon
Weber, David J. Mission of Honor
Weber, David J. 1634 : The Baltic War
Weber, David J. A Mighty Fortress
Weber, David J. By heresies distressed
Wellington, David 99 cercueils
Wellington, David Zombie nation
Wellington, David Zombie island
Wellington, David Zombie planet
Werber, Bernard Le souffle des dieux
Whale, Laurent Les pilleurs d’âmes
White, Steve Exodus
Wietzel, Érik La Forteresse Des Secrets
Wietzel, Érik La Mère Des Tourments
Wooding, Chris Frey
Woodworth, Stephen From Black Rooms
Woodworth, Stephen In Golden Blood
Zettel, Sarah L’Ombre de camelot

 

En cours : (En plus, il en manque au moins un…)

 

Aguirre, Ann Grimspace En cours en eBook, quand je tombe en panne de livre papier ou quand je ne peux voyager qu’avec mon iPhone.
Anthologie Dark and Stormy Knights En cours, anthologie, donc lecture de nouvelles au gré des envies
Anthologie Mean Streets En cours, anthologie, donc lecture de nouvelles au gré des envies
Anthologie Element II : l’Air En cours, anthologie, donc lecture de nouvelles au gré des envies
Anthologie Philtres et potions En cours, anthologie, donc lecture de nouvelles au gré des envies
Anthologie La Terre En cours, anthologie, donc lecture de nouvelles au gré des envies
Anthologie Aube & crépuscule En cours, anthologie, donc lecture de nouvelles au gré des envies
Aubenque, Alexis L’empire perdu Piece Of Crap
Buettner, Robert Orphan’s Destiny Le vrai bouquin en cours, excellent série
Butcher, Jim Side jobs En cours, anthologie, donc lecture de nouvelles au gré des envies
Cook, Glen La Tyrannie de la nuit Bofffffff
Debats, Jeanne-A Stratégies du réenchantement En cours, anthologie, donc lecture de nouvelles au gré des envies
Donaldson, Stephen-R La malédiction du Rogue Bofffffff
Gaider, David Le Trône volé Piece of Crap
Jones, J. V. A Cavern of black ice Piece of Crap
Jordan, Robert S. Lord of Chaos Une page tous les deux ans
Robson, Justina Keeping It Real Bofffffffff
Spitz, Jacques Joyeuses apocalypses Ca passe pas
Verlanger, Julia Les Portes de la magie En cours
Weber, David J. By Schism Rent Asunder Ca passe plus. David Weber devient beaucoup trop verbeux, lent, ses histoires n’avancent plus…
Wurts, Janny La Brume des spectres Piece Of Crap

Rien (que l’acier)

Je viens de finir Rien que l’Acier, premier tome d’une trilogie – Mon Dieu, encore une trilogie… Y en a marre des trilogies… – de Fantasy écrite par Richard Morgan, intitulée Terre de Héros.

Que dit l’éditeur en quatrième de couverture ?
Il y a dix ans, l’alliance des hommes et des Kiriaths a repoussé les terribles Écailleux. Qui se souvient maintenant des héros de cette guerre ?
Ringil vit en exil, rejeté par sa famille. Mais pour sa cousine Shérin, vendue comme esclave, il décroche son épée et retourne sur les lieux d’un passé qu’il avait tout fait pour oublier.
Dame Archeth, dernière représentante d’un peuple disparu, est la conseillère d’un empereur décadent qu’elle abhorre. Elle seule soupçonne qu’une terrible menace point aux frontières de l’empire.
Egar le Tueur de Dragons est un nomade des steppes, revenu de la guerre auréolé de triomphe. Une gloire aujourd’hui bien émoussée dans un monde qu’Egar ne reconnaît plus.
Ces trois-là ont tout perdu. Sauf peut-être la bataille qui les attend, héroïque et désespérée…

Richard Morgan écrivait jusqu’ici de la SF. De la bonne SF. Avec des personnages forts, des bons univers et un ton bien particulier. Qu’il se lance dans une saga de Fantasy m’a un peu surpris. Mais que Diable, Lois McMaster Bujold a bien fait la même chose, avec succès.
Néanmoins, un petit doute a commencé à s’immiscer quand il est apparu que le principal buzz concernant cet ouvrage portait sur le fait que le héros était gay. On est au XXIème siècle que Diable… Le fait que le héros soit hétéro, bi ou gay ne devrait pas être le principal point mis en avant… Surtout que de nos jours, une flopée d’ouvrages est déjà sorti avec des héros avec ces tendances… J’ai en tête un livre de SF – dont je ne retrouve plus le nom –, des livres de Fantasy – Les Valdemar avec des héros gays, les Ténébreuses avec des héroïnes lesbiennes – et la bit-lit, avec des héroïnes qui se tapent des garous en pleine mutation ou des garous qui se font violer par des vampires en décomposition. Si on cherche bien, on trouve plein d’exemples… Pourquoi alors ce buzz ? Parce qu’un héros qui suce, se fait sucer, encule et se fait enculer est peut être le seul point notable et qui sort du lot dans ce livre ?
Et oui, nous avons ici un ouvrage assez banal… Certes, le ton un peu caustique et cru fait un petit effet au début, mais n’apporte rien au final. A peine un ou deux éclats de rire et à peine de quoi choquer les plus prudes… On n’a aucune empathie pour Ringil. Archeth, toujours complètement camée, est agaçante et devrait brouter un peu plus de minou – oui, il semblerait qu’elle soit lesbienne –. Egar est sans doute le personnage le plus intéressant, mais mal utilisé et mal développé. Des héros limite Deux Ex Machina qui trucident des armées sans trop s’essouffler.  L’histoire est aujourd’hui classique, avec quelques éléments que l’on pourrait qualifier de SF – l’auteur serait-il nostalgique ? – et la fin de ce tome ne surprendra personne.

Au final, on a un ouvrage extrêmement bizarre. Un livre qui semble bourré de fautes de débutant alors que l’auteur a quand même de la bouteille. Un livre qui n’intéressera pas les amateurs de la SF de Richard Morgan. Un livre qui n’intéressera pas les amateurs de Fantasy. Une trilogie qui s’arrête au premier tome pour moi. J’ai mieux à lire. Et même le prochain Goodkind a plus de sex-appeal qu’un tome deux de Terre de Héros. Oui, je suis sévère, mais là, franchement, c’est pour le moment ma déception Fantasy de l’année. Que Richard Morgan retourne à la SF, il fera de meilleures choses, et justement, la SF a besoin de bons auteurs en ce moment.

 

 

Rien que l’Acier, Bragelonne, 453 page, 22€.

Disponible chez Fantasy.fr ou chez votre libraire, virtuel ou non, préféré.

 

Rule 4: Doubletap

J’emprunte ici une des règles de survie de l’excellent film « Zombieland » pour parler d’un petit bouquin sympa que je viens de lire.
Je dois avouer d’abord que je déteste les films d’horreur. De même, je ne lis pas les livres Terreur, Horreur ou apparentés. Déjà, parce que ça fait peur et que je déteste avoir peur. Ensuite, parce que bien souvent, je trouve les scénarios de base complètement stupides : « Le mec massacre tout avec une tronçonneuse parce que c’est un gros dégénéré cannibale », « les mecs massacrent tout parce que ce sont des gros dégénérés irradiés », « la petite fille tue par l’intermédiaire d’une cassette vidéo parce qu’elle a été noyée dans un puit », « les morts se lèvent et bouffent tout »…
Les seuls films de zombies qui trouvent grâce à mes yeux sont Zombieland, Shaun of the Dead et les Resident Evil. – Là, c’est du pur masochisme – En livre, il n’y en avait aucun jusqu’à maintenant.
Et puis… Et puis, au détour d’une conversation, un éditeur m’a parlé de Patient Zéro de Jonathan Maberry. J’avais vu qu’il comptait sortir ce livre, mais il était très loin de m’avoir tapé dans l’œil. Cet éditeur, capable de vendre des bibles au Diable, me fit « Il a écrit une petite préquelle. Tiens, je te l’imprime. Tu risques d’aimer. » et me colla une dizaine de feuilles dans les mains. J’ai quand même attendu le lendemain d’être au boulot pour lire cette petite introduction. – Ouais… Faut bien s’occuper… – Et j’ai aimé. – Enfoiré… –

Ce livre, vous l’aurez compris, c’est donc Patient Zéro de Jonathan Maberry. Le speech officiel de l’éditeur :
« Lundi, 13 h 00 : Joe Ledger loge deux balles de son Glock .45 dans le corps du terroriste Javad Mustapha.
Mercredi, 8 h 00 : Javad se relève d’entre les morts. Il est le « patient zéro ».
Quand il vous faut tuer deux fois le même type en une semaine, soit le monde a un gros problème, soit vous devriez changer de job. Or, lorsqu’il s’agit de tuer, Joe Ledger est très compétent.
Ex-officier et expert en arts martiaux, il est recruté pour diriger une nouvelle organisation ultrasecrète à réaction rapide. Sa mission : affronter et déjouer une menace terroriste digne d’un véritable cauchemar : une arme biologique qui rend les gens invulnérables et enragés, à l’épreuve de tout, même des balles.
»

En quatrième de couverture, il est comparé à du 24, mâtiné de je ne sais plus quoi avec des  zombies parce que je n’ai pas retenu et que je n’ai pas le bouquin sur moi.
Et c’est presque ça. Il y a effectivement un petit côté 24 dans l’enchaînement rapide de l’action et des situations. Il y a aussi un petit côté Resident Evil, avec ce virus fabriqué par l’Homme qui transforme les gens en zombies, avec cette unité spéciale qui est chargée de juguler la menace et avec… – Mais là, je ne peux rien dire sans spoiler –
Mais ce que je retiens surtout, c’est que j’y ai trouvé un petit côté Tom Clancy de la meilleure époque. – Oui, j’ai eu une grosse période Tom Clancy à une époque. – On y retrouve un peu la même structure de récit, avec les points de vue des différentes forces en présence. On y trouve la même complexité dans l’intrigue. Joe Ledger n’est pas sans rappeler John Clark. Et l’auteur a l’air d’avoir quand même fait un peu de recherches et de s’être documenté.
Il faut aussi dire qu’il y  un vrai scénario. Que l’auteur construit un vrai univers. On n’a pas du zombie parce qu’il faut du zombie. Les personnages ont des réactions humaines face à ce nouveau genre de menaces.
Bien évidement, ce livre n’est pas exempt de défauts. Genre le côté héros qui poutre tout de Joe Ledger. Genre, on flingue du zombie à la tonne à un moment donné. Genre on a un peu une fin à la jeu vidéo…

Mais bon, c’est quand même vachement bien.

Patient Zéro de Jonathan Maberry

 

 

495 pages
22 €

Disponible dans toutes les bonnes librairies et dans la boutique de Fantasy.fr.

 

Mais que lire ?

Ce dimanche, je me suis retrouvé comme un con devant mes PALs (Piles A Lire) à me demander quoi lire…
Je venais de finir Unclean Spirits de M.L.N. Hanover – assez moyen, malgré une certaine originalité dans ce qui constitue les vampires, loup-garous et autres créatures surnaturelles, mais qui ne compense pas des personnages faibles, un univers peu approfondi et des problèmes narratifs… – et je ne voulais pas entamer directement la suite. – Et d’ailleurs, suite à une erreur de commande, j’ai deux exemplaires de Darker Angels en trop… Si vous êtes intéressés, faites-moi signe… –

Le problème n’est pa que je n’ai pas de livres à lire. J’en ai bien… 200 en ce moment en souffrance et ça augmente chaque semaine. Le problème, c’est que je n’ai aucun livre qui me crie "Lis-moi ! Lis-moi !". Même si je les lirais tous à un moment ou à un autre, le dit-moment n’est pas encore arrivé pour eux… 
J’ai bien un certain nombre de livres d’un des mes auteurs français favoris, mais ce sont des rééditions… Certes je ne les ai pas forcément déjà lu avant mais…
J’ai aussi quelques ouvrages d’auteurs que j’aime bien, mais dans des séries que je n’ai pas encore commencé… Et depuis The Sundering de Jacqueline Carey, je me méfie grandement…
J’ai aussi pas mal de début de séries, de séries incomplètes. Mais je n’ai pas envie de les commencer si je dois attendre longtemps la suite… – Genre le type d’attente que l’on peut avoir sur des séries comme A Song of Fire and Ice et Le Nom du Vent… – Et puis, j’ai franchement peur de commencer une série en VF qui ne sera plus traduite faute de vente… Et d’être obligé de me rabattre sur la VO pour avoir la fin… – Et là, je vais gueuler un coup : Très chers éditeurs, quand vous abandonnez une série, dites-le franchement ! Et tortillez pas du cul pendant X mois ou années avant de le dire. Ce serait la moindre des politesses envers vos clients. –
Il faut aussi décider quel genre littéraire lire…
SF ? J’en ai plein de militariste qui m’attend. J’ai aussi du Space Opera écrit par l’acolyte d’un Gnome, de la SF actuelle – ie illisible – qu’aime bien le "vrai" fandom SF… Autant pour la première partie, c’est moi qui suis allé chercher les auteurs, et je ne pourrais m’en pendra qu’à moi-même si je n’aime pas, autant, pour le reste, j’ai fait confiance et j’ai eu tord… J’ai vraiment des goûts à l’opposé des "vrais" spécialistes de la SF…
Fantasy ? Là, c’est un peu le drame… Le manque d’originalité dans les traitements, le manque d’originalité dans le ton, dans le scénario, dans les personnages, les saloperies d’elfes…
Urban Fantasy ? J’en ressors… Une petite pause serait bienvenue…
Du fantastique ? – En gros, ce que je ne peux décemment faire rentrer dans les catégories ci-dessus – J’en ai du bon qui attend, mais je n’ai pas envie…
Autre chose que ce genre de littérature ? J’en ai bien un que je viens d’acheter. Les Chroniques d’un flic ordinaire de Bénédicte Desforges. J’ai découvert cet auteur sur son blog, j’ai apprécié sa plume et son ton, le sujet m’intéresse un peu. J’aurais pu le choisir si il avait été sur une des PALs qui traîne un peu partout dans l’appart’. Mais ce livre avait été posé ailleurs… Et je ne l’ai redécouvert que ce matin, 100 pages trop tard… Ce n’est pas grave, là au moins, je sais quel va être le prochain livre que je veux lire.

Pour le moment, il y a trois livres que je veux vraiment lire dès qu’ils seront sortis :
Changes, le tome 12 des Dresden Files de Jim Butcher
Naamah’s Curse, le deuxième tome de la troisième trilogie dans l’univers de Kushiel de Jacqueline Carey
Patient Zero, de Jonathan Maberry, dont j’ai pu apprécié une préquelle / nouvelle sur le blog de Bragelonne. Même si généralement j’évite ce genre d’ouvrage, la préquelle m’a assez convaincue.

– Bon, il y a bien le tome 2 de L’Homme-Rune que j’attends, mais avec crainte… Le changement de point de vue risque de me déplaire. – 

Bon, côté comics, y a du monde intéressant qui arrive aussi, mais c’est beaucoup plus rapidement lu :
Welcome to the Jungle, un comic dans l’Univers Dresden Files
– Empowered tome 2
Scott Pilgrim tome 1

En attendant, en désespoir de cause, j’ai commencé le tome 2 d’une série de cinq bouquins de SF militariste dont j’avais trouvé le tome 1 par trop mauvais : Rogue Clone de Steven L. Kent.