Prix à la con 2013

Voici venu le temps de la cinquième édition des prix littéraires les plus inutiles et insignifiants : les prix à la Con.

Rappelons que ce ne sont pas les œuvres qui sont « connes », ce sont ces prix.
Ce prix n’apporte rien, que dalle, nib aux lauréats, même pas le droit de se faire payer le resto. (Quoi que…)

Pour l’édition 2013 des Prix à la Con, le règlement est le suivant :
Les œuvres nominées pour ce prix doivent :
–    avoir été lues par le jury en 2012.
Chose incroyable, le jury ayant pensé à noter tous les ouvrages lus durant cette période, nous pouvons donc dire qu’il y a environ 74 ouvrages rentrants dans cette catégorie. Liste disponible sur demande.

La composition du jury est secrète. Les modalités de sélection pour la shortlist sont secrètes.
Les votes sont secrets et doivent avoir été effectués en écoutant les Choeurs de l’Armée Rouge. – Et plus particulièrement Carmina Burana avec Vincent Niclo –

Les catégories, les nominés et les lauréats (en italique – et tous désignés à l’unanimité, chose incroyable) sont :

Meilleur roman de Fantasy en langue française :
Heu… Comment dire… Aucun ouvrage n’entre dans cette catégorie cette année…

Meilleur roman / recueil de nouvelles / nouvelle de Science-Fiction en langue française :
Sleeping Beauty d’Anne Fakhouri dans l’anthologie Destination Univers (Griffe d’Encre)
Quand il ne reste que l’honneur de P.-J. Herault (Rivière Blanche)
Le Projet Bleiberg de David S. Khara (Critic)
Les étoiles s’en balancent de Laurent Whale (Rivière Blanche)

Une nouvelle qui gagne face à trois romans. Oui. Parce qu’à la fin de cette nouvelle, tout ce que voulait, c’était lire une suite.
En tout cas, il y avait plein de candidats cette année grâce à l’excellent travail que font les petites maisons d’édition.

Meilleur roman de Fantasy étranger lu en français :
L’ombre du conquérant d’Ari Marmell (Bragelonne)

On pourrait croire que Ari Marmell gagne par défaut, car à part ce livre et sa suite, et du Feist, c’est la seule fantasy VF lue cette année. Mais il ya vraiment quelque chose dans ce livre.

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en français :
Intrépride de Jack Campbell (L’Atalante)

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en français :
Un seul livre lu qui ne mérite pas une nomination, donc aucun vainqueur cette année.

Meilleur roman d’Uchonie étranger lu en français :
Magie brute de Larry Correia (L’Atalante)

Meilleur roman de Fantasy étanger lu en VO   :
The Wise Man’s Fear de Patrick Rothfuss

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en VO :
Captain Vorpatril’s Alliance de Loïs McMaster Bujold
Redshirts de John Scalzi
End of the World blue de Jon Courtnay Grimwood

Plein de SF VO dans la liste cette année encore.

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’Lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en VO – a.k.a Prix Dresden Files – :
Cold Days de Jim Butcher

Comme prévu. Avec un peu de chance, le prix 2014 sera décerné au quinzième tome des Dresden Files. Si jamais il sort à temps. Et si Jim Butcher se reprend. La série par un peu en n’importe quoi.

Prix du tome 3 d’une intégrale prévu en Août 2012 mais tout compte fait reporté on ne sait pas pourquoi et avec de la chance on l’aura peut être en 2013 mais bon maintenant on ne fait plus confiance à cet éditeur pour sortir la totalité d’une série ou d’une intégrale : 
Cal de Ter – L’intégrale – Tome 3 de P.-J. Herault (Milady)

Leçons à tirer des Imaginales

        Se dire que j’aurais l’envie / letemps de faire un message par jour du festival sur le blog est de la pureconnerie.
        
Arriver à dormir tard le matin à l’hôtelest impossible vu l’isolation phonique défaillantes des portes.
        
Il va falloir plus de Sauternespour le prochain pique-nique.
        
Pour les restos, il va falloirfroisser des susceptibilités. Tourner en rond pendant des heures – j’exagère-, pour changer un certain nombre de fois de restos en cours de route, voirle groupe grossir – trop grossir –, c’est marrant une fois… pas quasimentà chaque repas.
        
Apparemment, à chaque premierresto que je fais chaque année aux Imaginales, je mange en partie avec des gensque je ne connaissais pas avant.
        
Le resto bio Sens & Découverteà Epinal est très bon. Va falloir y retourner.
        
Jean-Claude Dunyach fait unexcellent foie gras et des excellents magrets fumés. Même si je préfère le foiegras de Draco.