Je hais toujours l’Humanité

Ca fait plus de trois ans que je n’ai rien posté ici. (Et ça fait plus de 6 mois que j’ai commencé à écrire ce billet…)
Mais je sors enfin d’un trou noir – ça reste à voir –. Réussir à dire ça un mois de Novembre, mois le plus pourri de l’année à mon sens, c’est un comble… – Ouais, j’ai dit que ça faisait plus de 6 mois que j’avais commencé à écrire ça ^^ –
Deux voyages au Japon, un voyage en Australie, deux débuts de burn-out, une démission et un retour dans la même société quelques semaines plus tard (cherchez pas, personne n’a compris…), je suis “de retour”.

Et je me dois de constater que ma haine de l’Humanité ne s’est pas améliorée…
Je suis toujours aussi asocial, même si il m’arrive de faire de vagues efforts. Je hais toujours les foules, je hais de plus en plus de gens que je connais. – Bizarrement, j’en connais de plus en plus… –
J’en dirais bien plus – plus tard –, mais si je ne finis pas là, je posterais jamais…

 

Sinon, j’avoue que je m’occupe plus du maintien en condition de ce site et de son serveur que de poster des messages. – Je vais essayer de changer ça –
Pour respecter les standards, ce site est désormais en https. Avec des bons petits headers…

 

80070490 ou comment Windows Update te dit m****

Après des vacancs dans un pays civilisé comme le Japon, le retour est rude.
Très rude.

Surtout quand vous essayez de mettre à jour un serveur et que Windows Update vous indique ne pas pouvoir installer six patchs.
Il convient de dire, ile me semble : “P***** de Windows de M**** !”

Je me retrouve donc avec une super erreur : “Windows update 80070490”. Je vous laisse googler un coup pour voir le merdier.
Options testées pour réparer ce problème :
– Nettoyer le cache Windows Update.
net stop wuauserv
cd /d %windir%
rd /s SoftwareDistribution
net start wuauserv
Bien évidement, ça ne solutione pas le problème.

– Installation de l’outil d’analyse de l’installation conforme des mises à jour du système. (ne vous étouffer pas…)
Disponible chez Micro$ost.
Encore une fois, ça ne marche pas.

– Option réinstallation.
Rebooter le serveur
Mettre le DVD Windows (Bonne langue et bon niveau de Service Pack)
Lancer le setup.exe du DVD
Choisir “Télécharger les dernières mises à jour pour l’installation”
Choisir le type d’installation que vous voulez
Acceptez la licence
Choisir Mettre à niveau
Et là, il faut attendre…
Et au final, ben c’est comme si tu avais fait une install… Tout à reparamétrer et les MUI Pack de langue à réappliquer…

Bref, pas de solution pour ce problème.
Fort heureusement, ça m’est arrivé sur un template de machine virtuelle, que j’ai pu reconstruire assez rapidement…

 

Bien évidement, un autre serveur (un clone même puisque c’est du serveur virtuel), avec juste comme différence le pack de langue, fonctionne très bien et se met à jour sans erreur.
PUTAIN DE WINDOWS DE MERDE !
(Sans les petites étoiles cette fois…)

—–
Après reproduction du problème, il semblerait que le MUI Pack FR de Windows 2008 SP2 (32 bits) nique un certain nombre de choses dans Windows Update une fois appliqué…
MERCI MICROSOFT !
—–

 

 

Puissent des coyotes bouffer le foie des types chez Microsoft responsables de ce merdier…

Journée ordinaire…

La journée de la veille, dernière journée d’un week-end suffisament pourri pour ne pas être reposant, s’étant achevée à une heure du mat’, autant dire quand la radio se déclenche à 6h57 pour la chronique techno de France Info, je ne suis pas frais.
– En passant, cette chronique techno, oscillant en qualité entre de franchement inutile et le médiocrement correct est peut-être l’une des rares dernères choses intéressantes sur cette radio qui ne fait plus de l’information mais du racolage et de la désinformation. –
Quand le réveil commence ses cycles de sonneries toutes les cinq minutes à partir de 07h00, je me dépêche de le faire taire et de grapiller quelques instants de coma de plus.
Au bout d’un moment – entre 15 et 20 min -, malheureusement, le chat et ma conscience me force à me lever. Et à regarder mon téléphone pour voir si les serveurs envoyant leurs rapports à 07h05 ne se sont pas transformés en machines à spam. – Si c’est le cas, je me rue sur mon PC portable professionnel pour me connecter au bureau et résoudre le problème. Même à poil, la tête dans le cul, je me suis rendu compte que j’étais plus rapide que les mecs qui sont censés surveiller les infrastructures… – 
Puis je me traîne dans la salle de bains, je gerbe un coup en me voyant dans le miroir, et j’émerge vers 8h00, frais comme un rat mort, en aillant réfléchit un brain au boulot à faire sous la douche.
S’ensuit une petite heure de télétravail – je peux bosser au calme – tout en regardant les news de la nuit, tant sur les réseaux sociaux que sur un forum en décrépitude totale, en lançant deux / h et trois téléchargements de série pour le week-end, en supprimant quelques comptes de spammeurs sur un autre forum, en embêtant le chat et en attendant 9h00 et la deuxième fournée de rhapports. Une fois ces rapports reçus – et les éventuels problèmes de spam résolus -, il me faut une heure pour arriver au bureau, heure passée dans les transports en commun à lire éventuellement un autre rapport et à lire tout court, soit un bouquin de ma PAL, soit un bouquin pour Boulot II.
Au boulot, j’enchaîne avec joie petites réunions de points sur les projets en cours, pour les nouveaux projets, de gestion des travaux planifiés sur les infrastructures, ce qui me bouffe une à deux heures par jour.
Une petite pause de trente / quarante minutes le midi pour s’empoisoner au restaurant d’entreprise.
Une grosse partie de gestion des incidents du jour, des changements à faire sur les infrastructures clients, les tâches récurrentes, les uestions des collègues, des chefs de projet, dépatouiller les nouveaux contrats reçus pour savoir ce que l’on doit déployer pour les clients – et gueuler contre l’avant-vente parce qu’ils font n’importe quoi –, patcher une application de merde développée par des partenaires incompétents et escrocs.
Avec de temps en temps, une petite pause de cinq minutes pour râler un coup sur un réseau social, en faisant un poil de veille techno en parallèle et en jetant encore un coup d’oeil sur le forum moribon, tout en se retenant d’insulter les responsables. – Qu’on leur dise gentillement ou violement, de toutes les façons, on voit très bien qu’ils s’en cognent. – De temps en temps, un petit achat VO – je suis en grève sur la VF, si ils ne font pas d’efforts sur certains points pour attirer les gogos, je n’en ferais pas pour acheter leur came. – pour augmenter ma PAL.
Entre 19h00 et 20h00, je me décide à rentrer, en profitant encore des transports pour lire un brin.
De retour à la maison, papouillage de chat pendant cinq minutes, lancement de lessive, un peu de sport – je viens enfin de trouver comment lire sur l’iPad pendant –, la bouffe qui chauffe pendant la douche,  lecture pendant la bouffe, glandouillage quelques instants sur le net, suppression de spammeurs, butage de dragons dans Skyrim pour se détendre un peu – ou un peu de Mass Effect 3 en ce moment – et puis… Reprise un peu de boulot pour répondre à deux / trois collègues, faire avancer des projets ou de la doc que j’ai pas pu faire à cause des interruptions constantes au boulot…
Et puis, au bout d’un moment, généralement marqué par la fin d’un épisode de série américaine qui passe en fond à la télé, il est l’heure d’aller mal dormir…

Métro, boulot, dodo. Tout ce que nous ne voulons pas en être réduit lorsque nous sommes jeunes et cons…

 

 

Les prochaines vancances sont loinnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn… 

Brûlez, hérétiques !

En ce beau jour de la Saint-Valentin, j’aurais voulu enfin réussir à finir mon petit article sur mon utilisation – pouf pouf- des sites de rencontres.
Hélas, hélas… Le boulot, la santé et ma flemmardise ne me permettent pas de le terminer dans les temps.

Quand bien même, cela me permet de lancer un cri de haine.

Un cri de haine envers tous les idiots, trous du cul, fainéants, incompétents et autres branleurs du même acabit qui massacrent notre belle langue française, sous de fallacieux prétextes tels que “C’est juste un SMS”, “C’est juste un MP”, “C’est juste un mail”, “C’est juste un message sur un forum”, “C’est juste un commentaire sur un blog”…
Je parle ici des abrutis qui se moquent éperdument de notre langue, pas de ceux qui font des petites erreurs d’inattention ou des petites coquilles.

Premièrement, bande de connards, pour moi, ce genre de comportement lors de la rédaction d’un message est un manque de respect total et absolu de l’interlocuteur que vous avez en face.

Ensuite, vous contribuez ainsi à l’appauvrissement culturel et intellectuel que notre belle société connaît actuellement. De par votre manque d’effort, de par votre lamentable renonciation, vous montrez l’exemple inverse. Vous montrez que le respect de la langue n’est même pas digne d’un effort minimal. Que même cette petite chose ne vaut pas la peine de se battre. Et qu’ainsi, nous pouvons baisser les bras pour tout.

Debout les morts ! Venez pourfendre vos descendants qui cèdent aux sirènes de l’inculture et du facile !

Je ne prétends pas ne pas faire de fautes. Je ne prétends pas ne pas faire de coquilles. Mais j’essaye de me relire le plus possible. Et à chaque fois, j’essaye de corriger mes fautes et de ne pas mourir de honte.
En attendant, veuillez recevoir, bouffons écrivant des commentaires inintelligibles ou envoyant des messages privés bourrés de fautes, la plus profonde expression de mon mépris.

Toute faute dans ce message me vaudra dix coups de fouet.

Doctor Who, Torchwood et autres séries…

Profitons d’une journée calme – Hahahahahahahahahahahahahahaha – au boulot pour faire un terrible aveu :
je n’aime plus Doctor Who depuis que Steven Moffat est le showrunner de cette série.
Et encore moins depuis que des capitaux américains sont entrés dans le financement de cette série.

Doctor Who

La saison 5, la première avec Matt Smith, m’a forcé à conclure deux choses :
– David Tennant, même si je ne l’aimais pas, n’était pas si mauvais que ça. Matt Smith a un charisme de poisson pané congelé à la sauce anglaise… La série est actuellement portée par les personnages secondaires : les jambes de Karen Gillian et le talent d’Alex Kingston. Avec Arthur Darvill qui ne s’en tire quand même pas mal.
– Steven Moffat, il est bon quand il fait un ou deux scénarios d’épisodes. Pas sur la direction d’une série ou sur un grand nombre d’épisodes. Les deux épisodes finaux de la saison 5 de Doctor Who sont parmis les pires que j’ai pu voir. De même le fil rouge sur la saison est assez… mauvais.

Quand à la saison 6, avec son américanisation à outrace, autant dire que je n’ai pas réussi pour le moment à passer le milieu de saison. Même si j’ai acheté la saison en édition spéciale Blu-ray. Mais je n’ai pas encore acheté la BO de la saison, très mauvais signe.

Torchwood

La catastrophe prévue est arrivée. La saison 4, située aux US, tournée en grande partie aux US, avec plein de références US, avec des acteurs US, est pourrie… Même la VF diffusée actuellement par NRJ12 n’arrive pas à la faire tombée plus profond encore à cause du doublage… C’est dire.

Pourquoi, O grands dieux pourquoi, américaniser des séries anglaises ? Alors que celles-ci bénéficient dans leur pays d’origine d’une liberté de ton certaine ? Alors que tout le charme est lié justement à l’Angleterre.

Saloperie d’américains qui n’ont plus aucun talent et aucune imagination… Je n’ose même pas imaginer ce que va donner le remake de Misfits… – qui, en passant, une série qui s’inspirait déjà d’une série américaine. Le serpent se mange la queue… –

Sanctuary

Pas trop mal. Je me suis fait les deux premières saisons dernièrement. Seul problème, dès que j’entends le générique, j’ai tendance à fortement piquer du nez et faire la sieste.

Fringe

Autant j’ai eu du mal sur le début des deux premières saisons, autant, sur la trois, ils m’ont bluffé. Et sur le début de la quatre, et bien je dis : WAHOU !
Oser péter deux univers pour en recréer deux autres, il faut le faire.
Ce qui aurait pu n’être qu’un vulgaire clone de X-Files est devenu une vraie série majeure.

Lost Girl

Ca casse pas trois pattes à un mouton, mais j’aime bien. Et avec une saison 2 avec deux fois plus d’épisodes que la saison 1, ça prouve quand même que cette série a un bon potentiel.

Hawaii Five-O

Remake actualisé sympa de la série mythique. Même si on tombe quand même beaucoup sur les stéréotypes actuels américains. Et un Mac Garret ancien seal, mouais…

Falling Skies

C’est quoi cette daube ? L’une des pires séries 2011. Bourrée de clichés, sans grande profondeur, avec des acteurs limite à la ramasse, sauf Sarah Carter.
J’ai pleuré de rire à la fin de la saison 1, tellement c’est pitoyable.

Terra Nova

Pas trop mal, même si les clichés se font sentir.
Mention spéciale au commandant en charge de Terra Nova qui se fait des dinosaures à mains nues. (ou presque)

The Fades

Série anglaise dans la lignée fantastique actuelle. Je sais pas trop de quoi ça parle, je n’ai vu que le premier épisode du coin de l’oeil en jouant soit à Skyrim, soir à Anno 2070 soit à bosser en astreinte.

Les bonnes séries que je continue :
The Big Bang Theory, Blue Bloods, In plain Sight, Castle (en VF celle-là), Modern Family

Les séries que j’attends avec impatience :
The Finder – Comment ça seulemement à partir de Janvier sur nos écrans ??? Enfin les écrans américains
Sherlock saison 2

Les séries que je vais reprendre si j’ai du temps à perdre :
How I met Your Mother : je n’ai pas réussi à finir la saison 6. Alors la 7… Ca stagne trop…
Eureka : juste pour voir jusqu’à quelle nullité ils vont descendre. La série excellente sur trois saisons et massacrée en quatrième.
True Blood : si je suis en manque de porno…
Nikita : par pur masochisme…

Les séries qui finissent à la poubelle :
Glee : saison 1 géniale, saison 2 lamentable où elle a perdue tout son charme tellement elle est devenue commerciale et vitrine pour différents chanteurs…
Spartacus : Pffffffffffff

En passant, si vous êtes intéressés par une saison 6 de Doctor Who en DVD, version anglaise et spéciale, j’en donne une. Si vous êtes intéressés, si vous me connaissez, contactez-moi, sinon, commentaires du blog.

Yurk…

Il faut bien l’avouer, quand on aime la SF basique, tout conne, qui fait tout péter, avec éventuellement des bruits de bottes qui résonnent et qui se prend pas trop au sérieux, ce n’est pas en France que l’on peut trouver son bonheur.
Certes, on a bien l’Atalante qui nous fait découvrir un nouvel auteur de temps à autres (Weber il y a bien longtemps, Scalzi, Gessler, Campbell), Bragelonne / Milady les bonnes années (le premier tome de David Gunn, les vieux bouquins de Hamilton) ou les mauvaises (Les Confederation de Tania Huff – avortés au dernier moment, et en passant, si vous avez d’autres séries de SF comme ça que vous voulez sortir mais que finalement non, vous pouvez le dire, ça aide en remplir les paniers virtuels quand on achète de la VO –) et… pas grand monde d’autre…

Bref, quand vous avez fait le tour des publications des auteurs que vous suivez normalement – ou que vous attendez les tomes suivants –, que vous avez fait le tour de ce qui aurait pu sortir, même en VO, vous êtes obligés de regarder de nouveaux auteurs. Ou de voir ce qui est suggéré lorsque vous faire vos achats sur les grands sites de vente en ligne.

De temps en temps, vous tombez sur des trucs sympas, genre Buettner et sa série Orphanage, qui ne casse certes pas trois pattes à une limace – Smile – mais qui est correcte.

Ou on tombe sur des trucs style Tom Kratman. J’ai commencé il y a deux jours A Desert called Peace de cet auteur. Que dire si ce n’est que cet auteur arrive à nous reproduire, 500 ans dans le futur et sur une autre planète, une situation géopolitique quasiment identique à celle de nos jours, avec un vision plus redneck quand même, et de nous refaire un 9-11 un 7-11 avec des dirigeables.
Si le manque d’imagination pouvait être compensé par une histoire et des personages intéressants, ça pourrait passer. Mais nous avons ici affaire à une simple histoire de vengeance qui va tourner au massacre, voire au généciode, avec des personnages totalement caricaturaux, avec le beau blanc psychopathe héroïque qui nique toutes les petites latinas top-models qui vivent dans des pays latins entre deux dictateurs, les méchants mulsulmans terroristes qui tuent même les bébés et chez qui les femmes sont des esclaves, les nippons spécialistes de la techno, les russes alcooliques ex-communistes ruinés qui commencent à profiter du capitalisme, les méchants juifs qui se battent encore contre des salauds d’arabes pour un bout de territoire – quand je dis que c’est un copier-coller de la situation actuelle déformé au filtre redneck… –
On pourrait essayer de trouver, en vain, un semblant d’originalité, de finalité, de quelque chose pour faire passer tout ça à l’arrière-plan. Mais il n’y a rien. On n’en retire rien si ce n’est une envie de vomir et de balancer à la poubelle les livres de cet auteur. Car A desert called peace a actuellement trois suites. Que j’avais acheté comme j’ai l’habitude, à savoir que même si je ne connais rien de l’auteur, si jamais j’aime le tome 1, je n’ai pas à attendre pour avoir la suite. Erreur fatale.

Tom Kratman, donc, auteur que je recommende fortement pour nourrir vos poubelles jaunes – recyclage papier / carton chez moi – ou pour allumer vos cheminées pour les plus extrémistes.

Bon, comme je suis en période SF, je passe à Jody Lynn Nye, en espérant que View from the Imperium soit intéressant.

Fatigué…

Force m’est de constater qu’en ce moment, je suis fatigué…

Le matin, impossible de m’arracher du lit. Malgré les bonnes résolutions que j’avais pris lors de mes vacances, à savoir faire un peu de sport le matin au lever avant d’aller bosser, il m’est impossible de sauter du lit dès le réveil…  Dès que le réveil sonne, je l’éteins pour bénéficier de 5 min de sommeil supplémentaires. Répéter le process pendant 30 min…

Le soir, je pique du nez vers 22h30…

Le week-end, je fais la sieste une partie de l’après-midi…

Il y a trois semaines, je sortais tout juste de trois semaines de congés… Là, il faut que je reprenne une journée de RTT sinon je pète un cable…

Ce boulot me mine… Très gros projet, important pour la boite, super intéressant au point de vue technologique, mais tellement mal géré que les trouffions de base comme moi, qui devont normalement exécuter les ordres – dans la chaîne du projet, je suis en bas – doivent aussi rattraper les conneries des chefs de projet, des chefs / directeurs de projet… Avec une superbe pression car ça doit être en prod impérativement pour le 1er Novembre. Sans possibilité de retard. Et ça fait trois mois que ce bon dieu de projet dure déjà…
Et en ce moment, je sacrifie soir et week-end à cette merde…
J’ai déjà pété les plombs une fois, je suis limite en train d’être de nouveau borderline…

 

Je suis fatigué…
J’ai pas vu de navet au ciné depuis deux mois.
Je vais buter des gens au boulot…

Je suis un gros connard…

Je profite de mes dernières heures de vacances, durant lesquels j’aurais honteusement glandé en long, en large et en travers, – les vacances, c’est fait pour ça, pas pour autre chose – pour faire ici un aveu.
Et oui, comme le titre de ce message l’indique, je suis un gros connard. Et je dirais même plus, un énorme connard. 

Professionnellement, à 100%, je suis un type avec lequel vous ne voulez pas bosser.
Pourquoi ? Parce que je n’ai qu’une diplomatie minimale, une patience limitée et un degré d’exigences bien trop élevé.

Je suis quelqu’un pour qui, quand on fait un boulot, on le fait bien, correctement, jusqu’au bout. – Ou du mieux possible, en montrant réellement qu’on essaye de faire le mieux possible. – Ou on ne le fait pas.
Au boulot, quand on met en place quelque chose, j’attends de mes collègues que ce qu’ils ont mis en place soit documenté du mieux possible, que ce soit mis en place correctement, que ceux qui ont mis en place assurent un suivi sérieux pendant la période de prise en main par le reste de l’équipe, que si il y a des actions récurentes à faire, que celles-ci soient effectuées, contrôlées et documentées.
Pour moi, le récurrent prend le pas sur les projets. Si on n’est pas capable de faire correctement le travail qui doit être effectué tous les jours, on n’aura pas le temps de faire correctement le reste.

Quand on effectue des opérations sensibles, pouvant impacter d’autres services, des services aux clients, on doit mettre en place un plan d’action, noter toutes les étapes nécessaires, vérifier avec les autres services les impacts – par exemple, dernièrement, une opération réseau aurait pu avoir un impact grave sur les plateformes de virtualisation au boulot. Mais vu qu’on a discuté de l’opération avant, on a pu éviter une catastrophe, du genre 200 VMs qui n’arrêtaient pas de s’arrêter et de redémarrer… – et voir si on n’a rien oublié. Et si possible, on teste d’abord sur une plateforme de tests…
Ca permet d’éviter d’avoir à rattraper en catastrophe un problème posé par une opération non menée jusqu’au bout… 

Je sais, c’est chiant, mais ça s’appelle faire preuve de rigueur. Et aujourd’hui, c’est un truc très recherché. Mes derniers coups de gueule au boulot m’ont montré que j’avais le support de ma direction parce que j’étais l’un des rares mecs rigoureux de la boite. Parce que je documente, j’assure le suivi de ce que je mets en place, que je m’assure que le récurent est bien traité, que je vérifie si certains dossiers sont bien traités alors que ce n’est pas mon rôle.
Parce que quand je vois un dysfonctionnement, je le signale. Et je propose des solutions pour le résoudre. 

Donc, oui, je suis un énorme connard. Quand ça merde, je le dis. Quand j’ai l’impression que le message ne passe pas, je le redis, voire je le gueule. Et quand il n’y a toujours pas d’amélioration, je tue.

Et franchement, il y a un truc usant : j’aimerais bien que de temps en temps, on repasse derrière moi et on vérifie que j’ai pas fait de conneries…

Oui, je sais, mon caractère de merde et mes coups de gueule sont nuisibles pour moi, que ce soit pour ma carrière que pour ma vie, mais je suis comme ça.