Je bosse pour des fonctionnaires…

ARRGGGHHHHHHHHH !
Après un été assez cool au niveau boulot – ie trois mois passés entre la rédaction d’une proposition technique pour un client, proposition qui devait aboutir sur un petit projet sympa, mais où le client traîne un peu beaucoup des pieds, et un peu d’intercontrat – j’ai intégré un nouveau client. Et oui… Il faut bien que je bosse pour justifier mon salaire mirobolant et engraisser le chat…
J’ai donc été envoyé sur une mission qui pouvait être sympa chez un client qui avait du potentiel. Le client, c’est la partie bancaire de la société qui doit normalement vous livrer votre courrier. Vous savez, ceux qui couinent qu’ils ne veulent pas être privatisés. Alors que dans les faits, et d’après ce que je peux voir en interne, c’est déjà quasiment fait… Ben oui, même si le capital est encore géré par l’Etat, une bonne partie des employés dans la branche où je suis sont des prestataires externes.
Par contre, la mentalité est bien digne – ou indigne – de la Fonction Publique. Ou plutôt devrais-je dire, des caricatures que l’on se fait de la Fonction Publique.
1- Les horaires.
Arriver avant 9h ne se fait pas.
Prendre jusqu’à deux heures de pause le midi se fait très bien.
Prendre un nombre élevé de longues pauses en journée se fait aussi.
Finir à 17h00, c’est bien. Finir à 18h00 c’est mal.
2- La charge de travail.
Hahahahahahahahahahahahahahahaha…
Sérieux…
Actuellement, je ne vois même pas de quoi justifier un temps plein sur le poste que nous sommes deux à occuper…
Normalement, nous sommes en support niveau 2 + qualif sur trois projets. En pratique, se rajoute à cela un peu d’ingénieurie parce que le N3 ne fait pas son boulot correctement et livre des solutions salopées. – Malheureusement, je connais les gens qui composent le N3. Ce sont les mêmes que quand j’étais chez le pollueur… Et puis c’est rigolo, j’ai aussi retrouvé un mec qui a bossé en même temps que moi chez mon client précédent. –
3- La mentalité.
J’ai affaire principalement, parce que c’est la population concernée par les technologies sur lesquels je travaille actuellement – nomadisme et chiffrement des données et des échanges – à des VIPs. Comprendre, des mecs qui ne se prennent pas pour de la merde et qui sont hyper exigeants. Et qui sont fortement suceptibles de vouloir je ne sais quel gadget juste parce qu’ils ont vu un concurrent en utiliser un.
Le problème, c’est que si vous n’avez pas quelqu’un de compétent et qui a un peu de backbone pour jouer les tampons entre eux et les services techniques, les techniques se retrouvent à bosser sur des projets qui changent tous les jours, à mettre en place des solutions en mode pompier, sans rien pouvoir tester et valider correctement, etc, etc, etc… Et ce ne sont pas des prestataires qui peuvent jouer ce rôle…
Et malheureusement quand chez votre client, il y a une mentalité de soumission aux grands chefs pour ne pas nuire à votre carrière, c’est le grand n’importe quoi… Une semaine seulement sur cette mission et une grosse partie des projets sur lesquels je suis censé travailler risque de finir à la poubelle.
4- La multiplication des services et des responsables.
Il y a une quantité impressionnante de services, qui font tout et n’importe quoi, ou rien même… Qui se marchent sur les pieds… Avec une nombre impressionnants de responsables… Là, je pense que je dois dépendre de 3 ou 4 personnes… J’en découvre tous les jours…

J’aimerais bien bosser… Franchement… Mais ils savent pas / veulent pas le faire ici…
Déjà, en une semaine, je n’ai pas :
– de badge pour entrer le matin. Je suis obligé de déranger le collègue dans sa sieste matinale. Et aussi accessoirement accèder à la pièce où se déroule 75% de mon boulot et qui contient mon poste de travail provisoire…
– d’identifiant pour me connecter aux systèmes… Je suis obligé de quémander au collègue l’ouverture d’une session… Et son déverrouillage de temps en temps…
– Pas d’identifiant donc pas de messagerie… Ce qui n’est pas pratique pour être mis au courant de tout ce qui se fait… Et pour planifier les réunions…
– Pas de poste de travail fixe…
– Pas de téléphone…

Seul avantage de cette mission : être à 25 minutes porte à porte de chez moi…
Même la commerciale elle est pas mignonne…

Faut que je bosse…
Sérieux…
Ou je risque de me mettre à écrire…

 

 

Sinon, j’avais pas vu, mais ça fait 3 ans + 6 jours que je vous fait chier avec ma psychanalyse et mes états d’âme à deux balles sur ce blog !
Champagne, coke et putes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.