Kris Longknife de Mike Shepherd

Je le disais dernièrement sur ce blog, je viens de finir une série de SF en sept volumes. Enfin… Comprendre que j’ai fini les sept tomes, pas que la série s’arrête là.
Cette série, c’est Kris Longknife de Mike Shepherd.

Cette série est centrée sur les aventures, et mésaventures de Kris Longknife, fille du Premier Ministre de la planète Wardhaven, petite fille de l’un des hommes les plus riches de Wardhaven et éventuellement de l’espace humain, arrière-petite fille de héros de guerre et de membres éminents du dit espace humain, connu au début de cette histoire comme étant la Société de l’Humanité.
Autant dire qu’elle a un héritage des plus lourds. C’est d’ailleurs une des bases de cette série. La lutte de Kris face au poids de son héritage.
L’univers dans lequel est située cette série voit l’Humanité vivant sous la direction de la Société de l’Humanité, sorte de Société des Nations, qui fait suite à une période durant laquelle une bonne partie d’entre elle vivait sous la dictature de l’Union. Union qui fut renversée par Ray Longknife, arrière grand-père de Kris, qui fut aussi un temps président de la Société.
De plus, 80 ans auparavant, l’Humanité a failli être détruite lors d’une guerre contre les Iteeche – et à chaque fois que je lis ce terme, j’ai envie de bouffer des litchis –. Guerre durant laquelle Ray Longknife et le Général Trouble, autre arrière grand-père de Kris, furent des héros. Une paix précaire fut instaurée et les Humains et Iteeche se partagent l’espace connu tout en évitant de se propager dans le reste de la Galaxie.
Pour achever le tout, cet univers fut autrefois le lieu de résidence de trois races supérieures qui créèrent les singularités spatiales permettant de voyager de systèmes en systèmes et laissèrent des tas d’artefacts et autres avant de disparaître ont ne sait trop pourquoi.

Cette série compte donc sept tomes, Mutineer, Deserter, Defiant, Resolute, Audacious, Intrepid et Undaunted.
Durant ces sept tomes, nous suivons le parcours de Kris, au départ simple aspirant de la Navy, qui va se retrouver mêler à des changements profonds de l’espace humain, devenir Princesse d’un royaume en construction, capitaine de vaisseau et un tas d’autres choses.
Cette série souffre de plusieurs problèmes :
Le premier, le personnage principal. Même si tout est fait pour nous dire que Kris veut rompre avec sa famille, au final, celle-ci profite largement de tous les avantages liés aux diverses positions de ces ascendants. En clair, ce n’et pas votre héroïne normale sortie du rang et devant lutter pour s’imposer.
Ensuite, la description de l’univers par l’auteur. Celui-ci assume trop que vous connaissez ce que lui connait. Au fur et à mesure des tomes, il n’y a pas assez de rappel. Il y a même sans doute dans les premiers tomes des références à une trilogie dans le même univers, centrée sur Ray et Trouble, écrite sous le vrai nom de l’auteur : Mike Moscoe. Cette trilogie, intitulée Society of Humanity, semble contenir des clés assez importantes pour comprendre certains éléments des premiers tomes de Kris Longknife.
Les histoires. Au fur et à mesure des tomes, on retombe à chaque fois quasiment sur la même histoire, les mêmes éléments, les mêmes tenants, les mêmes aboutissants. Dans le tome 7, on pourrait espérer qu’à la fin, quelque chose change. Mais non, l’héroïne va faire le choix le plus stupide possible. Au final, cela gâche complètement les tomes précédents car on voit que cette héroïne n’est vraiment qu’un gentil petit toutou qui fait ce qu’on lui dit, et dont les tentatives d’émancipation ne sont que des leurres.
L’évolution des personnages principaux. Qui restent, à quelques détails près, toujours les mêmes, avec les mêmes problèmes. On a bien une IA qui évolue mais… de façon assez ridicule.
Les combats terrestres. Le tome 6 contient un bataille assez ennuyeuse. Qui dure et dure et dure…
L’auteur est américain, a eu une expérience de la Navy. Cela se ressent partout. Trop. A un moment donné, j’ai même eu un choc car il parlait d’US Marines. J’ai mis un moment à comprendre qu’il parlait de United Sentient Marines.

Bref… Encore de la SF militariste avec une héroïne comme personnage principal. Si les premiers tomes peuvent être intéressants, on finit par s’ennuyer avec les suivants à force de toujours voir les mêmes ficelles.
Un jour en France ? Je ne pense pas. Ca n’a pas les qualités d’un Honor Harrington. Ca n’a pas le punch d’un Faucheur. C’est inférieur à du Herris Serano. Donc, ça ne vendrait pas.

4 réflexions sur « Kris Longknife de Mike Shepherd »

  1. Pourquoi j’ai lu les 7 ?
    Pour la même raison que j’ai lu les 11 tomes de Goodkind…
    Parce que je suis une grosse bête curieuse et que je veux voir comment ça finit…
    Et que quand même, cette série avait un potentiel… Avant la fin vraiment stupide et conne du 7…

  2. Les Goodkind ?
    Les deux premiers corrects, les suivants, franchement décevants car trop répétitifs dans la structure de l’histoire, avec des personnages assez débiles…
    Des poulets…
    Le tome 10 qui atteint des profondeurs abyssales dans la médiocrité.
    Et une fin a peu près correcte dans la structure. Il aurait pu être encore plus catastrophique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.