Le chat, le meilleur ami de l’Homme

Ne cherchez pas. Le chat est le meilleur ami de l’Homme. Pas le chien. Pas ces espèces de trucs bavants et puants, aussi gracieux que des bouses et tout juste bons à servir de nourriture dans certains pays défavorisés.
D’ailleurs, il ne faut pas s’y tromper. Le chat, au contraire du chien, est associé à des notions de divinités – ou diabolisé à une certaine époque, mais bon, il ne laisse pas indifférent.
Et puis, franchement, a-t-on déjà vu un chat décider de se faire un tartare de bébé ?

Un chat, ça vit très bien en appartement. Vous n’êtes pas obligés de le sortir X fois par jour pour qu’il fasse ses besoins.
Un chat, c’est intelligent. Ca passe la majeure partie de la journée à dormir – lui, il a tout compris à la vie – et, quand il le faut, il vous rappelle qu’il faut éventuellement lui remplir sa gamelle de croquettes. Ne vous leurrez pas. Quand vous avez un chat, vous passez vos journées à travailler pour pouvoir lui payer sa nourriture. Et vous obtenez le droit de pouvoir dormir tranquille – quand vous savez ce que veut dire dormir – en échange d’une certaine quantité de caresses…

Vous me direz que je ne sais pas ce que c’est d’avoir un chien. Détrompez-vous. Le premier animal de compagnie qui eu l’insigne honneur de partager ma minable existence vu un chien. Une dalmatienne pour être précis. Cette humble bête partagea à plein temps les trois premières années de mon existence, époque durant laquelle je vivais chez mes grand-parents parternels, le temps que mes géniteurs finissent leurs études.
Lors qu’ils me récupérèrent, je quittais une grande maison avec un canidé pour rejoindre un petit appartement avec un félin. Félin récupéré à la SPA. Et répondant au doux nom de Goofy. – Ouais, j’ai eu une période Disney. –
Je me souviens peu de ce chat, si ce n’est qu’il était un peu caractériel, un peu fêlé et qu’il s’enfuit lors d’un déménagement, sautant d’un balcon pour rejoindre un toit voisin. Mais c’est aussi de ce chat que je garderais dans ma chair le souvenir de son existence. Il me suffis de regarder le dos de ma main gauche pour y voir la cicatrice qui le barre depuis plus de 25 ans maintenant. Et malgré cela, j’aime toujours les chats.
Suite à la fuite de cet ignoble individu, deux autres chats rejoignirent le foyer à un peu moins d’un an d’écart. D’abord Puce, chatte un brin sauvage. Puis Petit Loup, qui fut réellement mon chat. Cette brave bête avait l’habitude de miauler à la porte de ma chambre le dimanche matin afin de venir finir sa nuit sous ma couette. Il fut du voyage qui me vit quitter foyer parental. Il mourru en 1998, après 1X années de gentillesse et de bons et loyaux services. Puce le suivit peu de temps après dans la tombe.
Entre temps était venu s’incruster Mao, jeune chat un peu fou et spécialiste du renversage de gamelle d’eau, offert à ma mère par mon père, histoire de compenser pour le chien qu’il venait d’offrir à sa maitresse…
S’était aussi ajouté à la famille un chien : Blutch – amateurs des Tuniques Bleues, bonjour – briard noir gentil mais un peu gros. Ce chien était gentil, mais un peu gros et bavant à mon goût. Et bizarrement, ce sont les trois points de suture dans l’intérieur de la main droite, résultat d’un coup de dents accidentel qui me gâchent un peu son souvenir. Il mourut après que j’eusse quitté la maison.
Il fut remplacer par Newton, briard lui aussi, mais souffrant de problème de la vision, ce qui l’handicapait assez et lui donnait, à tord, une réputation de chien peu intelligent. Ce chien était l’animal favori de ma soeur. Ce qui devait un peu illuminer son existence, car comme tous les chiens de la famille, il était sous l’autorité de mon père. Ce qui n’était pas une partie de plaisir… C’est peut être justement ce qui fait que je n’accroche pas avec les chiens. Ils sont trop associés dans mon esprit avec mon père…
Mais revenons-en aux chats. Lors des derniers mois d’existence de Petit Loup, quand il fut clair qu’il allait bientôt nous quitter, je récupérais pour un temps Mao, pour une brève cohabitation houleuse. – Que voulez-vous… Je ne supporte pas les gamelles d’eau qui volent… – Puis je récupérais un petit chaton qui me tenait dans la paume de la main : Bestiole. – Ce n’était pas une année en B, mais comme j’ai mis un temps infini à lui choisir un nom, et qu’à force, elle répondait quand je l’appelais une petite bestiole, c’est resté. – Aujourd’hui, elle tient toujours dans la paume de ma main, en débordant largement et en manquant me péter l’avant-bras.
Chat qui partage ma vie – enfin, qui consent à me laisser partager sa vie – depuis lors. Mis à pat les trois années que j’ai passé au Canada, où elle resta aux bons soins de ma soeur, un poil allergique aux poils de chats…

Je dois me rendre à l’évidence, à part les trois ans que j’ai passé au pays des caribous, j’ai toujours eu un animal de compagnie… Et pour plus des quatre cinquièmes de mon existence, cet animal fut un ou plusieurs chats.

Dites-vous aussi que si vous n’avez pas tous encore été exterminés, c’est grâce aux chats. Ben oui… Sans l’Homme, qui va remplir la gamelle de croquettes de ça :

3 réflexions sur « Le chat, le meilleur ami de l’Homme »

  1. J’adore les chats (d’ailleurs le tient est très beau). Mais ça fait plusieurs années que je n’en ai plus en faite les chats que je côtoie appartiennent à une amie qui m’interdit de les toucher mais je les câline toujours quand elle a le dos tourné

  2. Les chats, c’est le bien. Ils s’occupent d’eux tous seuls ou presque, ils sont assez propres, ils sont silencieux quand ils marchent, ils tiennent sur le lit sans trop le saloper et, quand on est gentil avec eux, ils consentent à venir se faire caresser. Même que parfois, quand on est vraiment très sympa, ils pensent à nous nourrir (faudrait juste leur expliquer qu’on ne bouffe pas de souris, de lézards ou d’oiseaux, mais bon, c’est l’intention qui compte).
    Mais ça fout toujours un coup quand on les perd (genre hier, Cinna, 10 ans, emporté par un cancer foudroyant 🙁 )
    En tout cas, elle est toute mimi, Bestiole ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.