Lobotomisez-moi

Avoir des idées de bouquins et aucun talent est l’une des choses les plus chiantes possibles. Généralement, cela aboutit à des œuvres qui pourrissent dans un coin chez un éditeur, en attendant que celui-ci trouve le temps de faire une lettre de refus. La frustration de l’attente et du manque de reconnaissance est terrible chez l’auteur.

Avoir des idées de bouquin, aucun talent et ne pas avoir le temps / ne pas se donner le temps de les mettre sur le papier – expression désuète en cette ère numérique qui a vu le manuscrit se transformer en tapuscrit… – est encore plus chiant. Car l’auteur est alors encore plus frustré de ne pouvoir commettre son crime contre la littérature. Il ne peut alors que se blâmer, plutôt que de pouvoir déverser sa bile sur l’éditeur.

Je suis dans ce cas-là. J’ai des idées. J’ai un fichier Word qui les recense – en partie seulement. J’essaye d’en oublier le plus possible. – qui augmente. J’ai des débuts de crimes qui trainent dans des .doc sur mon bureau Windows, attendant une vaine période de folie pour qu’ils progressent.

Des idées vraiment connes…
Genre, quand je pense que les trilogies, ça commence à bien faire. Que les gentils sont vraiment chiants.
Ca donne un truc du genre :
– Alors, on va faire un bouquin où on suivre l’éducation d’un gentil qui doit sauver une ville de l’invasion par un gros méchant. Et à la fin, paf – oui paf, et pas pif le chien -, le gentil il finit dans le caniveau et le grand méchant il gagne.
– Oh, et puis on peut faire une suite. Avec les conséquences de la victoire du grand méchant. Et l’accession au pouvoir d’un de ses fils. Fils qui, à la fin, va faire LA connerie à ne pas faire.
– Et donc tome 3, un gentil poutre la gueule au méchant.
Et l, je suis franchement emmerdé parce que j’ai une trilogie où les gentils gagnent à la fin… – Enfin, si on veut >:) –

Donc, dans ce cas là, pourquoi ne pas faire un tome 4. D’ailleurs, j’ai une idée à la con qui traine et qui par sur la base de la victoire d’un gentil. Mais il manque dans la trilogie un des éléments essentiels sur lequel repose cette idée. Dommage…

Autre idée à la con : une uchronie où le 14 Juillet 1789, la prise de la Bastille a été un échec.

Encore plus con : je suis un peu gavé des romans avec des vampires qui sautent tout ce qui a deux jambes et deux seins. Donc, résultat, une idée de bouquin avec un personnage principal vampire et dont la première ligne devrait ressembler à : « Vas-y, prends-moi toute, Grand Ténébreux ! ».

Pire : du post invasion zombie où les zombies servent de nourriture aux survivants.

Encore pire : de la SF, avec des vaisseaux ressemblant à nos sous-marins (voire à des U-Boats), avec des pilotes qui sont des lapins blancs aux yeux bleus à tendances aryennes et avec des moules à gaufre.

Lobotomisez-moi par pitié…

1 réflexion sur « Lobotomisez-moi »

  1. Le talent est présent mais tu t’en sers pour te défouler en écrivant sur ce blog. Fais de ce blog un livre, je suis sûre que ca en intéressera plus d’un.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.