Prix à la con 2010

Voici venu le temps – des rires et des chants…  Nannnn… des cris et des pleurs plutôt – des Prix à la Con 2010 (canal historique).
Pourquoi "canal historique" ? Et bien parce que le jury a manqué s’entretuer en 2009 et qu’une partie de ses membres est partie, ceci dans l’optique de faire les Vrais Prix à la Con.

Rappelons que ce ne sont pas les œuvres qui sont « connes », ce sont ces prix.
Ce prix n’apporte rien, que dalle, nib aux lauréats, même pas le droit de se faire payer le resto.

Pour l’édition 2010 des fameux Prix à la Con, le règlement est le suivant :
Les œuvres nominées pour ce prix doivent :
–    avoir été lues par le jury en 2009.

La composition du jury est secrète. Les modalités de sélection pour la shortlist et pour les votes sont secrètes.

Les catégories, les nominés et les lauréats (en italique – et tous désignés à l’unanimité, chose incroyable) sont :

Meilleur roman de Fantasy en langue française :
L’alchimiste des Ombres (Les Lames du Cardinal 2) de Pierre Pevel (Bragelonne)
Dehors les chiens, les infidèles, de Maïa Mazaurette (Mnémos)
Le Sabre de Sang de Thomas Geha (Critic)

Meilleur roman de Science-Fiction en langue française :
Millecrabe de P.J. Herault (Interkeltia)
La Grande Migration de P.J. Herault (Rivière Blanche)

Meilleur roman de Fantasy étranger lu en français :
Le Nom du Vent de Patrick Rothfuss (Bragelonne)
L’Homme-Rune de Peter V. Brett (Milady)

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en français :
Avaleur de Mondes de Walter Jon Williams (L’Atalante)
Zoe de John Scalzi (L’Atalante)

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en français :
Succubus Blues de Richelle Mead (Bragelonne)
Le baiser de fer (Mercy Thompson 3) de Patricia Briggs (Milady)

Meilleur roman de Fantasy étanger lu en VO :
Naamah’s Kiss de Jacqueline Carey

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en VO :
The Android’s Dream de John Scalzi
The Clone Republic de Steven L. Kent

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’Lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en VO – a.k.a Prix Dresden Files – :
Blood Rites (Dresden Files 6) de Jim Butcher
Dead Beat (Dresden Files 7) de Jim Butcher
Proven Guilty (Dresden Files 8) de Jim Butcher
White Night (Dresden Files 9) de Jim Butcher
Small Favor (Dresden Files 10) de Jim Butcher
Turn Coat (Dresden Files 11) de Jim Butcher

The Better Part of Darkness de Kelly Gay

Meilleure novella de SF&F&F en langue française :
Le Chant d’Ekhirit d’Olivier May (Griffe d’Encre)
Les Prothétiques de Yann Marchand (Griffe d’Encre)

Meilleure nouvelle de SF&F&F en langue française :
Chasseurs de fantasmes (Griffe d’Encre)

Meilleure dédicace :
Maïa Mazaurette pour Dehors les chiens, les infidèles.
Li-Cam pour Lemashtu

Meilleur roman Jeunesse dans les littératures de l’Imaginaire :
La Brume des jours d’Anne Fakhouri (L’Atalante) – Et cette fois-ci, j’ai pas fait de faute. –

 

Prix spéciaux du Jury

Pires abrutis incurables qui se croient rigolos avec leurs Prix débiles pour lesquels ils n’ont même pas été foutus de trouver un titre original et donc ils ont piqués celui d’un prix américain :
La bande de bras cassés décérébrés derrière les Prix Razzies de Bifrost

 

Le prix suivant est l’occasion de taper sur un éditeur. L’année dernière, Gilles Dumay avait eu ce déshonneur. Et cette anné, nous voulions viser Gérard Klein. Et puis 2009 a réservé une mauvaise surprise. Donc GK, ce sera pour plus tard, nous lui faisons confiance pour continuer d’être de moins en moins bon. C’est un Grand Maître pour ça.
2009, donc, a vu une certaine petite maison d’éditions, devenue "grosse", s’illustrer, à notre sens, sur des problèmes récurrents de corrections – Avatar ne sera jamais oublié ni pardonné – de traductions et de communication – Vous vous rappelez que vous avez un forum ? Ne serait-ce que pour y faire un copier-coller des liens vers les articles des blogs et notament les voeux… (entre autres) –
Nous avons longtemps hésité avant de décerner ce prix. Parce que nous leur avons déjà suffisament dit ce que nous en pensions. Et pas forcément de la meilleure façon. Parce que nous savons qu’ils sont en train d’améliorer les choses.
Mais d’un autre côté, ils nous avaient habitué à tellement mieux. Et il nous semble nécessaire de sanctionner cette baisse de régime pour leur rappeler qu’à l’aube de leur dixième anniversaire, ils ne doivent pas se reposer sur leurs lauriers. Et il n’y a pas de raisons, tout le monde doit s’en prendre plein la gueule un jour ou l’autre.

Le Prix de la Déception est donc attribué à la petite bête qui est devenue grosse (trop vite ?) :
Bragelonne

3 réflexions sur « Prix à la con 2010 »

  1. Entièrement d’accord sur « les pires abrutis incurables » !
    Par contre, j’avoue avoir été surpris sur le prix de la Déception. Je partage cet avis mais je ne pensais pas le lire sur ce blog…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.