Rituel à la con : Cine Navet

Dans ma petite vie merdique de psychopathe asocial, assez routinière, pleine de ces rituels / habitudes qui me transforment le plus souvent en zombie décérébré, il en est un qui arrive à me sortir de ma tanière et de mon métro / boulot / dodo quotidien. – Ouais bon… Des fois, c’est dodo /tourner en rond / attendre que les commerciaux trouvent enfin une mission –

Ce rituel a lieu toutes les semaines. Il rassemble divers amis adeptes de navets cinématographiques presque toutes les semaines, en fonction des sorties, des vacances et des contraintes professionnelles.

Ca commence généralement par un mail, lancé le mercredi, jour de sortie des nouveaux navets, pour réveiller et rameuter les troupes. Souvent, c’est un con qui lance ce mail, entre deux crises de ronflements ou lors d’un instant de liberté dans une journée surbookée. Ce message fait le récapitulatif des films sortant cette semaine là et pouvant rentrer dans la catégorie Navet. – Qui, il faut bien le dire, est assez large. –

Après un premier tour de réponses permettant de fixer le jour de l’événement, ainsi que les participants éventuels, et accessoirement le film – même si cela peut attendre la dernière minute, dans le cas des semaines désespérément vides de tout film potentiellement intéressant –, un deuxième tour permet de définir le lieu et l’heure de rendez-vous. Généralement, cela tourne autour de deux complexes précis (l’un à Bercy, l’autre à Châtelet) ou, dans le cas de navets diffusés dans des salles exotiques,  d’un restaurant apprécié de tous.

Et oui, car pour bien apprécier un navet, il faut avoir l’estomac plein. La première partie de la soirée se passe donc dans un de ces endroits où l’on peut se remplir la panse. Généralement, les mêmes restaurants sont choisis, au gré des changements de propriétaires – RIP feu le Vintage… –ou des changements de cartes ou baisse de la qualité – Le Buffet d’Italie a été rayé de la liste – ou des incendies. Restaurants, et pas fast-food, il ne faut pas déconner.

Le navet s’apprécie aussi relativement sobre. – Quoi que des fois, il vaudrait franchement mieux boire avant. – La consommation d’alcool se limitant, pour les alcooliques du lot, à un apéritif alcoolisé – Ce qui me fait penser que je bois trop… Y a trop longtemps que je ne suis plus paf avec juste un apéro… – 
 
La séance – de torture – commence après. Au gré des semaines, le navet est de qualité ou non.
Par exemple : la semaine dernière Mission-G, avec 40 personnes dans une salle de 450, ce qui en dit long sur la qualité du film. Cette semaine : Lucky Luke, avec Jean Dujardin… Un film français, une adaptation, un acteur au gros melon, Mickael Young, tout les ingrédients d’une grande souffrance. A la rigueur, une suggestion pour Jennifer’s Body, qui ne sera pas retenu… Du cul gore avec Meggan Fox… Bof… La semaine prochaine : The Surrogates et Cinéman… – Et avec les Utopiales, ça va être tendu… – 

 

PS : 100ème article.

Premier sous Mac. Et dernier sous Safari… Putain les bugs… 

2 réflexions sur « Rituel à la con : Cine Navet »

  1. Tu nous feras un petit compte-rendu pour Lucky Luke ? Limité hein, juste “ça se regarde” ou “c’est une bouse immonde”. ça m’a l’air tellement casse-gueule que je n’arrive même pas à faire de pronostics…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.