Rule 4: Doubletap

J’emprunte ici une des règles de survie de l’excellent film « Zombieland » pour parler d’un petit bouquin sympa que je viens de lire.
Je dois avouer d’abord que je déteste les films d’horreur. De même, je ne lis pas les livres Terreur, Horreur ou apparentés. Déjà, parce que ça fait peur et que je déteste avoir peur. Ensuite, parce que bien souvent, je trouve les scénarios de base complètement stupides : « Le mec massacre tout avec une tronçonneuse parce que c’est un gros dégénéré cannibale », « les mecs massacrent tout parce que ce sont des gros dégénérés irradiés », « la petite fille tue par l’intermédiaire d’une cassette vidéo parce qu’elle a été noyée dans un puit », « les morts se lèvent et bouffent tout »…
Les seuls films de zombies qui trouvent grâce à mes yeux sont Zombieland, Shaun of the Dead et les Resident Evil. – Là, c’est du pur masochisme – En livre, il n’y en avait aucun jusqu’à maintenant.
Et puis… Et puis, au détour d’une conversation, un éditeur m’a parlé de Patient Zéro de Jonathan Maberry. J’avais vu qu’il comptait sortir ce livre, mais il était très loin de m’avoir tapé dans l’œil. Cet éditeur, capable de vendre des bibles au Diable, me fit « Il a écrit une petite préquelle. Tiens, je te l’imprime. Tu risques d’aimer. » et me colla une dizaine de feuilles dans les mains. J’ai quand même attendu le lendemain d’être au boulot pour lire cette petite introduction. – Ouais… Faut bien s’occuper… – Et j’ai aimé. – Enfoiré… –

Ce livre, vous l’aurez compris, c’est donc Patient Zéro de Jonathan Maberry. Le speech officiel de l’éditeur :
« Lundi, 13 h 00 : Joe Ledger loge deux balles de son Glock .45 dans le corps du terroriste Javad Mustapha.
Mercredi, 8 h 00 : Javad se relève d’entre les morts. Il est le « patient zéro ».
Quand il vous faut tuer deux fois le même type en une semaine, soit le monde a un gros problème, soit vous devriez changer de job. Or, lorsqu’il s’agit de tuer, Joe Ledger est très compétent.
Ex-officier et expert en arts martiaux, il est recruté pour diriger une nouvelle organisation ultrasecrète à réaction rapide. Sa mission : affronter et déjouer une menace terroriste digne d’un véritable cauchemar : une arme biologique qui rend les gens invulnérables et enragés, à l’épreuve de tout, même des balles.
»

En quatrième de couverture, il est comparé à du 24, mâtiné de je ne sais plus quoi avec des  zombies parce que je n’ai pas retenu et que je n’ai pas le bouquin sur moi.
Et c’est presque ça. Il y a effectivement un petit côté 24 dans l’enchaînement rapide de l’action et des situations. Il y a aussi un petit côté Resident Evil, avec ce virus fabriqué par l’Homme qui transforme les gens en zombies, avec cette unité spéciale qui est chargée de juguler la menace et avec… – Mais là, je ne peux rien dire sans spoiler –
Mais ce que je retiens surtout, c’est que j’y ai trouvé un petit côté Tom Clancy de la meilleure époque. – Oui, j’ai eu une grosse période Tom Clancy à une époque. – On y retrouve un peu la même structure de récit, avec les points de vue des différentes forces en présence. On y trouve la même complexité dans l’intrigue. Joe Ledger n’est pas sans rappeler John Clark. Et l’auteur a l’air d’avoir quand même fait un peu de recherches et de s’être documenté.
Il faut aussi dire qu’il y  un vrai scénario. Que l’auteur construit un vrai univers. On n’a pas du zombie parce qu’il faut du zombie. Les personnages ont des réactions humaines face à ce nouveau genre de menaces.
Bien évidement, ce livre n’est pas exempt de défauts. Genre le côté héros qui poutre tout de Joe Ledger. Genre, on flingue du zombie à la tonne à un moment donné. Genre on a un peu une fin à la jeu vidéo…

Mais bon, c’est quand même vachement bien.

Patient Zéro de Jonathan Maberry

 

 

495 pages
22 €

Disponible dans toutes les bonnes librairies et dans la boutique de Fantasy.fr.

 

3 réflexions sur « Rule 4: Doubletap »

  1. Je confirme. Excellent bouquin.

    Le film auquel il est comparé c’est 28 jours plus tard (où y a des infecté,s pas des morts-vivants, mais c’est pas grave).

    Sinon, y a une petite erreur dans la 4 de couv’. Javad est pas mort un lundi mais un mercredi. gniark, gniark,gniark.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.