VMware : serait-ce le début de la fin ?

En 2003 – 2004, je découvrais un peu par hasard la virtualisation. Dans ma branche, c’est un peu LA révolution technologique de ces dernières années, qui bouleverse énormément de choses, qui s’infiltre partout, et qui permet à votre serviteur d’être payé grassement et de changer facilement de boucherie.
Depuis le début, je suis fan, à mort, des produits de VMware. Cette entreprise propose juste les solutions les plus matures de virtualisation, que ce soit avec des hyperviseurs de type 1 ou 2, dans les fonctionnalités associées, dans la qualité des produits – à part l’ignoble Bug du 15 août 2008 – ou dans la facilité d’utilisation. – Missa dumb dumb et pourtant, j’arrive parfaitement à comprendre comment ça marche, à déployer et à administrer les architectures que je conçois avec ces produits. –

Mais… Parce qu’il y a un mais. Il y a toujours un mais. Rien n’est jamais parfait.
Il y a un mais qui commence à être de taille.
Depuis Juillet 2008, la dirigeante historique – et l’une des fondatrices – de VMware Diane Greene était subitement débarquée. Son départ fut suivi de celui de Mendel Rosenblum, chief scientist de VMware, et accessoirement mari de Diane Greene. Ces deux personnes étaient parmis les pierres angulaires de VMware.
Diane Greene a été remplacée par Paul Maritz, qui a pendant 14 ans été considéré comme le troisième homme chez Microsoft, derrière Bill Gates et Steve Ballmer.
Vous commencez à saisir le malaise ?
Depuis, un certain nombre de choses ont évoluées.
Technologiquement, VMware conserve toujours, et de loin, le lead et ma préférence. Par contre, commercialement, ça devient vraiment n’importe quoi.
Déjà, renommage des produits phares qui, de VMware ESX, ESXi, VirtualCenter et Virtual Infrastructure (bundle de ESX et VirtualCenter), sont passés à  vSphere, vSphere Hypervisor, vCenter Server, vCenter, ceci à l’occasion de du passage de la version 3.5 à la 4. Tout le monde s’y perd, personne ne s’y retrouve…
Pour ajouter à la confusion, les tarifs ont changés, les fonctionnalités regroupées en différents packs qui ne veulent rien dire, le pricing des licenses a changé… – On passe de licenses pour 2 sockets à des licenses pour un socket… –
Et là… VMware vient d’annoncer la version 4.1. Je me demande sérieusement ce qu’elle apporte de plus pour mériter le .1. Et surtout j’aimerais bien arriver à comprendre si mes serveurs actuels en 4.0, il va falloir que je les upgrade – processus long et complexe où il est souvent plus simple de réinstaller le serveur en nouvelle version et de le reconfigurer – ou si je dois le mettre à jour – processus simple et automatisé –. De même, est-ce que mes licenses en 4.0 sont toujours valables pour la 4.1. Sachant qu’ils viennent encore de changer les bundles et le pricing associé…

Pour moi, aujourd’hui, VMware est en perte de vitesse. Non pas sur le plan technologique, même si je pense qu’ils vivent sur les derniers travaux de Mendel Rosenblum plus que sur de réelles nouvelles avancées, mais sur le plan commercial. On est passé de quelque chose d’assez simple à une véritable usine à gaz.
Aujourd’hui, vu la place de plus en plus importante que prend la virtualisation, de nouveaux acteurs sont apparus, pour profiter du marché en expansion. Avec des solutions qui s’améliorent de jour en jour. Avec des pricing qui peuvent être intéressants. VMware a été le leader sur les années 2000. Pour les années 2010, je crains fortement qu’il ne soient sur la pente descendante… Et qu’ils soient en train de savonner cette pente…

Et là, j’ai un message pour les actionnaires de VMware et pour EMC, sa maison mère :
Virez Paul Maritz et remettez des gens compétents à la tête de cette entreprise.

 

— Update —
J’ai commencé à faire quelques tests sur la 4.1, notamment vCenter. Je voulais upgrader mon vCenter actuel en 4.1… Comment dire… Les pré-requis ont changé… Il faut désormais que le serveur devant héberger ce service ait deux processeurs 64-bits ou un processeur double-coeur 64 bits…
Mon vCenter actuel est sur une VM avec un OS 32-bits…
JE LES HAIS !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.